Roadtrip en Ontario – Part III.

Partie 1 Partie 2 – Liens utiles en fin d’article

Jour 3

Kingston

Nous quittons les Mille Îles en direction de Kingston. Nous décidons  d’abord d’aller faire un petit tour des les outlets, situés aux abords de la ville.

Kingston est ville chargée d’Histoire. Bien qu’elle ne soit pas très grande, les sites historiques vous permettront d’y passer au moins deux jours complets. Par ailleurs, ce n’est pas une destination « finale » mais un point de passage très intéressant.

Le centre ville est touristique et vous propose des magasins, des restos et des endroits où chiller pour vous reposer avant la suite des aventures.

DSC_124413933297_10209229102338310_1241322776_n

Pour vous restaurer, vous aurez l’embarras du choix! Nous avons été dans une petite taverne plutôt originale: Kingston Brewing Company. Une des plus ancienne brasserie en tant que telle de l’Ontario.

13876674_10154310213538808_5756253661744474591_n

Vous prendrez plaisir à découvrir la décoration…éclectique! Il y en a partout! Les plats, bien que assez classiques, sont vraiment bons et servis en quantité. 13989524_10209299798905680_314003213_n

Le soir, nous nous sommes offert un bon resto! Après ces quelques heures sur la route, nous l’avions bien mérité. Nous avons fait confiance à Trip Advisor et à notre instinct et nous avons choisi Olivea, un restaurant italien situé au centre de la ville.

Autant vous dire que c’était bien complet. Toutefois, la serveuse nous a proposé d’attendre au bar qu’une table se libère.

Cela n’a pas duré longtemps et ce fut très agréable. Je recommande ce resto pour le service, nous avons été bien servis et surtout bien informés sur les plats à la carte. Attention toutefois, pas de pizzas! Il s’agit de cuisine italienne assez fine. Comptez 30$ à 40$ par personne tout de même.

Après ce délicieux repas et une dernière vue de la ville en soirée, nous rentrons au motel. Le motel ne se situe pas au centre de Kingston mais à 3kms environ. Cela nous a fait économiser quelques dollars en ce weekend estival. Je vous conseille vivement de prendre un hôtel en dehors de la ville.

Le logement

Le Motel Super 8 est classique, propre et confortable. De plus, le petit déjeuner est inclus! Nous avons bénéficié d’une chambre à l’arrière avec vue sur le « jardin » et il était agréable d’être un peu en dehors de la circulation. Nous n’avons vraiment rien à redire sur ce dernier hébergement!

Après avoir profité du petit déjeuner de bonne heure (vu l’affluence, nous avons bien fait d’y aller tôt car la salle de petit déjeuner est très petite!); nous préparons notre sac à dos pour la randonnée prévu au parc provincial de Frontenac.

Comme pour le début de notre roadtrip, je vous conseille un arrêt provisions avant de prendre la route!

Frontenac Provincial Park

Jour 4

La route pour arriver à Frontenac est une route de montagne avec des tournants , des montées, des descentes et beaucoup de verdure. Toutefois, je l’ai trouvée assez agréable à parcourir, donc aucun problème!

Point de départ: le centre d’information situé au 6700 Salmon Lake Rd. C’est un des points de départ indispensables pour vous procurer les infos nécessaires sur les différents trails.

Le garde-forestier vous informera également sur les précautions à prendre et vous pourrez découvrir d’autres infos utiles sur le parc: les animaux qui y séjournent, les plantes (celles qu’on peut approcher et celles à éviter), les activités en dehors de la randonnée (canoe, camping). Sans oublier la pause pipi et/ou l’achat de produits anti-mouches!

Produit anti-mouches

Je souhaite vraiment insister sur ce point. Il faisait particulièrement chaud (et humide) lorsque nous avons été au parc, il est donc inévitable de croiser de nombreuses mouches noires, appelées « deer fly« .

Il faut s’en protéger correctement. Au centre d’infos, ils nous ont proposé une sorte de papier tue-mouches à accrocher à sa casquette ou son sac à dos. Il était hors de question que je me balade avec un cimetière de mouches sur moi!!

hat

Ca vous tente?!

Nous avons opté pour la version old school: le « spray » (de la marque Ben’s, en vente au centre d’informations pour environ 6$). A ne pas négliger! Les bras, le visage, les oreilles (pas dedans hein!), les jambes et les cheveux si vous n’avez pas de casquette. Si vous le pouvez (si il ne fait pas trop chaud), marchez avec un pantalon plutôt qu’un short!.

La randonnée

Nous avons demandé une randonnée d’environ 2h à 3h de temps. On nous a conseillé le parcours « Big Salmon Lake Loop« … Nous avons vite abandonné!

Le parcours est infesté de mouches (malgré le produit), le chemin est peu accessible, si bien que l’on regarde plus où on mets les pieds que le paysage; et le paysage, justement,  se résume à  des bois. Partout!

DSC_1258

Pas de vue, pas de clairière, pas de lac. Demi tour… Moi en pestant contre les mouches!

Revenus au point de départ, nous avons opté pour le petit parcours de 3kms qui était juste magnifique!

3kms autour du Doe Lake, beaucoup moins de mouches (me demandez pas pourquoi!) et de superbes vues. Si bien que les 3kms se font facilement en 2h, 2h30, le temps de s’arrêter pour profiter de l’endroit. De plus, il n y’avait personne sur le chemin!

DSC_1260

N’oubliez pas de prendre le petit guide pour en savoir plus sur la faune et la flore que vous croiserez. 13956977_10209299956829628_172594673_n

DSC_1265DSC_1288DSC_1307DSC_1267

C’est donc ravis que nous avons clôturé ce petit périple!

Passage au centre d’infos pour un petit décrassage vite fait avant de reprendre la route! J’ai encore l’impression de sentir le produit anti-mouches…

Retour sur Toronto… Jusqu’à la prochaine escapade! 

 

LIENS UTILES

Notre page Facebook

KINGSTON

Site de la ville

Kingston Brewery Company

Olivea

Motel Super 8 

Croisière des 1000 îles (au départ de Kingston)

Outlets

FRONTENAC

Site Web

Site des parcs de l’Ontario

Les parcours

Roadtrip en Ontario – Part II.

Jour 3 – Les 1000 Îles

Retrouver la partie 1 ICI

Nous revoilà sur la route. Le trajet jusque Ivy Lea est plutôt sympa. Le motel que nous avons réservé est un peu plus cher; en effet, il se situe au point de départ de la balade pour les 1000 Îles.

DSC_1241

Le Capricorne Motel Royale est un endroit accueillant. Les chambres sont confortables mais nous avons surtout payé pour l’emplacement.

J’ai aimé les petits patios devant chaque chambre avec une table et des chaises, cela permet de faire des rencontres!

Le motel possède également une pièce commune accessible avec un frigo, de la vaisselle, micro-onde, machine à café, grille-pain,… On se croirait presque en camp de vacances. L’accueil chaleureux du propriétaire ajoute une petite touche supplémentaire à la note!

Ivy Lea n’est pas très grand mais Gananoque, situé à 10-15min en voiture, vous propose des restaurants et magasins. Il y a également beaucoup d’hôtels à Gananoque. C’est là que nous avons été manger avant de profiter de la soirée au motel. Sur le chemin, des petits passages vous donnent accès au Saint-Laurent et à de superbes vues…

13903179_10154310212643808_8849798929634823286_n

Balade des 1000 Îles

Plusieurs départs sont possible pour faire la croisière à la découverte des 1000 Îles. Nous avons naturellement opté pour le départ de Ivy Lea avec Gananoque Boat Line pour la croisière d’1h, premier départ à 10h15. (Pour info: la croisière au départ de Kingston, où nous ferons escale plus tard, dure 3h et une autre balade inclut la visite du château Boldt Castle et dure 5h).

13900703_10209229102218307_1732029233_n

Nous étions dans les premiers à monter sur le bateau, nous avons pu en profiter pour se choisir une place confortable. Je vous conseille d’arriver 20 à 30 minutes avant même si vous avez réservé votre billet. En effet, il est possible d’acheter son billet directement sur place; du coup, en fonction de la météo, cela peut vite être la foule à l’embarquement!

Le point négatif de la croisière est que, à l’extérieur, nous n’entendions pas les commentaires du capitaine et du coup, nous avons loupé pas mal d’infos!

Les Mille-Îles sont un archipel serpentant le fleuve Saint-Laurent entre les USA et le Canada.

Y’a-t-il vraiment 1000 îles?

Oui! Même plus, puisque l’archipel comporte officiellement 1865 îles. Le critère permettant de déterminer l’appellation « île » est très simple: le lopin de terre doit être au-dessus du niveau d’eau toute l’année (ne doit donc jamais être submergé complètement), doit avoir la capacité d’accueillir au moins 1 arbre ou arbuste viable et faire 2 mètres carrés minimum. Vous verrez donc de grandes îles (Wolfe Island, située du côté canadien, étant la plus grande) mais aussi beaucoup de petits îlots dont certains n’ont même pas d’habitation. Les oiseaux sont les seuls à pouvoir en profiter!

DSC_1176

DSC_1200

Le plus petit pont international du monde

DSC_1213DSC_1225

On se surprends alors à s’imaginer seuls sur ces îlots, n’est-ce pas au final un petit rêve que de posséder sa propre île?

DSC_1219

DSC_1237

 

Après cette visite agréable, nous avons plié nos bagages pour rejoindre notre dernière destination: Kingston. Au programme: balade dans la ville, un peu de shopping dans les outlets et surtout, le lendemains, petite rando au parc provincial de Frontenac… STAY TUNED!

Infos utiles

2 itinéraires de 1h, 1 itinéraire de 2h30 et 1 itinéraire de 5h incluant la visite du château de Boldt Castle.

  • Capricorne Motel Royale – 108 Ivy Lea Road Ivy Lea, ON  KOE 1LO
  • Cousin on King – Bar & Grill, l’un des resto/brasserie que nous avons testé. Vraiment rien d’exceptionnel, la nourriture y est bonne.
  • Rendez-vous sur King Street East à Gananoque pour y trouver des restaurants, stations essence, magasins,…

 

Roadtrip en Ontario – Part I.

Long weekend du 1er août au Canada, l’occasion pour nous d’aller découvrir l’Ontario.

Nous avons loué une voiture auprès de la société Alamo, qui s’avèrent être l’une des plus avantageuses. Comme pour notre trajet vers Blue Mountain, nous avons été chercher la voiture à l’aéroport de Pearson.

(Je précise que je ne suis sponsorisée ni par Alamo, ni par aucune sociétés/hôtels/attractions/restos/autres dont je parle dans cet article! Mes avis sont personnels et n’engendrent aucune contrepartie).

Itinéraire prévu :

This slideshow requires JavaScript.

 

  • Toronto – Trenton = 179km
  • Trenton – Picton (Comté du Prince Edward) = 48km
  • Picton – Sandbanks Provincial Park (Comté du Prince Edward) = 15km
  • Comté du Prince Edward- Ivy Lea = 135km
  • Ivy Lea – Kingston = 46km
  • Kingston – Frontenac = 40km
  • Frontenac -Toronto = 280km

Jour 1

Départ de l’aéroport vers 18h. Nous comptons quelques bouchons sur la route mais cela reste raisonnable. Le paysage n’est pas aussi pittoresque que lors de notre séjour au nord de Toronto étant donné que, cette fois, nous empruntons l’autoroute 401.

Un arrêt McDo sur la route et nous arrivons à la nuit tombée au Bayside Motel de Trenton.

Le motel est exactement comme je l’imaginais.

DSC_1156

Hâte de commencer notre périple! La chambre est modeste et la propreté sommaire. Mais ce genre d’établissement est fait pour n’y rester qu’une nuit! On ne se focalise donc pas du tout sur ces détails et on plonge dans le lit pour une bonne nuit de sommeil. DSC_1148

Nuit qui fut courte. Réveil à 6 heures du matin, avec le soleil. Un petit café avec une vue qu’on n’aurait pas cru avoir hier soir! DSC_1152

13884603_10209229088697969_1065732037_n

Le motel se situe juste à l’entrée d’un petit parc et d’un lac où se reflète les rayons matinaux. Un bonheur pour commencer la journée! On souligne également la gentillesse de l’hôte qui n’oubliera pas de nous rappeler de lui laisser un avis positif sur Trip Advisor.

Jour 2

On continue dans notre découverte du « Canada authentique » avec un arrêt petit déj’ dans un dinner sorti des années 50! Chez Dapp’s .

Omelette pour monsieur et French Toast pour moi… Service sympa et ambiance familiale au rendez-vous. N’oubliez pas de laisser un petit mot dans le livre d’or avant de partir!

Direction Picton, située sur le Comté du Prince Edouard (à ne pas confondre avec l’Île du Prince Edouard…Située à plus de 1600km de Toronto!). J’avais repéré un ranch qui propose des balade à cheval dans les bois, l’occasion de remonter en selle après de nombreuses années (15 ans!). Ce fut donc notre première destination.

13936487_10209229101298284_1717050592_n

Le Diamond J Ranch se situe aux abords du comté, à Picton. Vous remarquerez vite que le comté n’est pas grand et que l’on a vite fait le tour. Picton a un petit (très petit) centre ville avec quelques boutiques et restaurants; mais le point d’intérêt principal du comté est le parc provincial de Sandbanks. Je vous en parle juste après. Ou pas… 

Nous réservons la balade de midi. L’endroit est charmant et le propriétaire, sous sa moustache et son Stetson,  nous parle de la pluie et du beau temps…Surtout du beau temps. 50 jours sans pluie, il déplore cette chaleur qui ne joue pas en faveur de la végétation.

Après avoir équipé les chevaux, c’est parti pour un peu plus d’1h de balade dans les bois. C’est bien agréable de remonter à cheval dans ce paysage! On tente même une petite allure… C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas!

13900683_10209229101338285_796923214_n13903349_10154310212293808_1517427458441211890_n

13934831_10154310212438808_4503402103319861808_n

Après la balade, nous sommes resté un peu au ranch pour nous désaltérer avant de reprendre la route.

Direction Sandbanks Provincial Park. Sandbanks est LE point de départ de toute bonne visite au Comté du Prince Edouard: plages, dunes, lac, randos,… Oui, sauf que c’est la SEUL réel point d’intérêt et qu’en ce long weekend ensoleillé, tout le monde a eu la même idée que nous (ou plutôt, nous avons eu la même idée que tout le monde). 

A 10km environ de Sandbanks, un panneau lumineux nous informe que le parc est full et qu’il nous est conseillé de choisir une autre destination! Nous tentons toutefois une approche mais nous serons arrêté quelques kilomètres plus loin par la police chargée de rediriger ces touristes-qui-ne-savent-pas-lire-un-panneau! C’est donc un peu déçus que nous empruntons une autre route.

La déception ne sera pas longue car la route secondaire longe le lac et il y a possibilité de rejoindre la rive par des petites routes. Les criques ne sont pas très « pratiques » d’accès mais elles offrent une vue magnifique sur une eau transparente et loin de la foule!

13933378_10209229101738295_437380410_n

Toutefois, les plages de gros cailloux n’invitent pas à la baignade, ni à une séance de bronzette (ou alors, prévoyez un bon matelas!).

Le temps passe tellement vite… Il est déjà temps de reprendre la route pour Ivy Lea et les 1000 Îles! 

Stay tuned…

 

Infos Utiles

Lors d’un petit roadtrip, n’oubliez pas de prévoir quelques provisions. En effet, le Canada est grand et, en dehors de l’autoroute, il n’est pas rare de faire de nombreux kilomètres sans voir un magasin.

Prévoyez à boire et de quoi grignoter. Cela nous a été utile le matin, au motel, avant d’aller prendre notre petit déjeuner, d’avoir quelques biscuits. Idem lors de notre chemin vers Sanbanks, il n’y avait rien sur la route et il faisait très chaud.

Liens et adresses

Visite dans la Baie Georgienne

Enfin, on est en possession du permis ontarien! On va pouvoir à nouveau visiter un peu le pays…

Premier départ: Blue Mountain. Sur papier, c’est joli et cela semble l’endroit idéal pour un weekend détente.

Sur la route…

Nous louons une voiture à l’aéroport. Cela était très avantageux en temps (et en argent). Le UP nous a emmené à l’aéroport depuis Dundas West en 20 minutes et nous avons évité la circulation du centre-ville.13734815_10154262626243808_672735866_n

Environ 1h45 de route. Le paysage change. Des fermes, des silos, des maisons isolées au milieu des champs. On ne croise pas de petits villages avant de nombreux kilomètres… 13714426_10209090559514826_340973467_n

DSC_0266

On arrive du côté de Collingwood, on approche.

Un arrêt repas chez Wendy’s plus tard, nous voilà au coeur du complexe touristique de Blue Mountain. Cela ressemble un peu au Mont Tremblant au Québec. Un petit village au pied d’une petit montagne où l’on devine les pistes de skis (transformées en pistes de trails en été). Les parkings gratuits sont prit d’assaut en ce week-end ensoleillé…

BLUE MOUNTAIN

DSC_0238

 

Magasins, hôtels, restaurants, tout est rassemblé au même endroit. Autant dire que l’on a vite fait le tour!

DSC_0236DSC_0254Sur la « place du village », des animations pour les plus jeunes. Un peu style « Club Med »…

DSC_0255

Autour du « Pond », une courte balade dans les roseaux nous permets d’apprécier la flore et la faune de l’étang.

13735439_10154262626188808_1586385759_n

Blue Mountain propose quelques activités aux alentours tel que du trail, des parcours aventures, du vélo, du segway, des parcours de golf,… Mais tout est assez cher.

Après avoir fait le tour du Village, direction l’hôtel. Nous avons opté (enfin c’était surtout le seul encore disponible!) pour le Mosaic qui fait partie de la chaine « Blue Mountain Resort ». Au coeur du complexe, l’emplacement est idéal.

Toutefois, cela reste cher pour un hôtel « classique ». La piscine est agréable et l’ensemble est propre et confortable.

Note pour plus tard: Les alentours de Blue Mountain offrent des endroits beaucoup plus authentiques où séjourner en dehors du tumulte touristique.

Se restaurer

Il est facile de trouver de quoi ravir les papilles des petits et grands. Beavertails, bonbons, glaces, pizzas, burgers, sushis… Tout à portée de pieds. Nous avons opté pour les pizzas du FireHall. Un restaurant à l’ambiance « Caserne de pompiers ». Nous n’avons pas été déçus, les pizzas sont généreuses et, malgré l’affluence, le service est tout à fait correct.

Par contre, pour le petit déjeuner, c’est une autre histoire! En effet, seuls 2 établissements proposent le petit déjeuner (en plus du Starbucks).

Le Sunset Grill se situe juste à côté de l’hôtel et nous y avons été vers 9h. C’était déjà la file à l’extérieur du patio. Après environ 1/4h d’attente, nous avons été placé. On est rapidement venu prendre notre commande mais le service fut particulièrement lent. Certainement dû à l’affluence…

Il faut aussi noter que Blue Mountain est un endroit idéal pour les étudiants à la recherche de jobs d’été. La plupart des serveurs, vendeurs sont des jeunes dont ce n’est pas le métier. Avec un peu d’indulgence, il faut bien avoir conscience que le service des restos reste amateur.

Le petit déjeuner était bon et pour un prix raisonnable. (Excepté pour les extras tels que bacon, fruits ou crème fraîche… Contentez-vous de ce qu’il y a dans votre assiette pour éviter de faire grimper la note!)13735296_10209090559074815_1008108883_n

On quitte Blue Mountain…

On reprends la route pour profiter des plages longeant la Baie Georgienne. Premier arrêt à Northwinds Beach. La plage est petite et encore calme en cette matinée. Nous ne résistons pas à aller mettre nos pieds dans l’eau…

13689440_10154262626198808_147765360_n13695277_10209090559154817_2068037931_n13689327_10154262626228808_851530321_n

Nous longeons ensuite le lac pour nous arrêter à Wasaga Beach où nous nous poserons quelques heures sous le soleil.

13689300_10209090559034814_391814314_n13713520_10209090559194818_1622901043_n

Bonus: Arrêt au pire fast-food de l’histoire des fast-food: Harvey’s! Je ne m’étalerais pas longtemps sur ce fiasco de la malbouffe nord américaine… Je vous laisse juger par vous même. Ou pas.

Ensuite, nous reprenons la route, sous un ciel nuageux… Mais sans pluie! Retour à Toronto avant la prochaine escapade.

DSC_0271DSC_0263DSC_0269

 

INFOS UTILES

1/ Le trajet

UP (Centre ville – Aéroport)

23$ pour 2 (Aller-retour)

Station Dundas West

2/ Location de voiture

Service Alamo

Tout compris (essence + location de 9h du matin à 20h le lendemain + assurance)

= 132$

3/ Blue Mountain Village

1h45 depuis l’aéroport Pearson International

Site Web

Hotel Mosaic

Firehall Pizza

Sunset Grill

 

Le jour où j’ai accepté d’être expat

Au début, quand on voyage, on veut toujours « faire comme les locaux », « manger comme les locaux », « fréquenter les locaux », parce que non, nous ne sommes pas des touristes. Non, nous cherchons les choses à voir « hors sentiers battus ». Comme tout le monde, au final.

Quand on passe plus de temps dans une ville étrangère, on ne veut pas « fréquenter des belges ou des français », parce qu’on ne vient pas au bout du monde pour trouver ce que l’on a quitté. Non, non!

Pourtant, avec le temps (l’âge et l’expérience jouant certainement), on envisage une vie ailleurs autrement. J’ai accepté de n’être ni une locale, ni une touriste, ni une voyageuse, ni médecin sans frontière, ni Beyoncé. Juste une expatriée. Bien dans son pays d’accueil mais qui respecte le pays qu’elle a quitté et qui surtout n’oublie pas ce qu’elle a quitté.

J’ apprécie la compagnie de compatriotes, j’apprécie de parler français AUSSI, je suis triste de ne pas avoir de gaufres de Liège (alors que je n’en mangeais pas si souvent en Belgique), j’ arrive à pester sur la mayonnaise dégueu nord-américaine, je m’exclame sur le prix d’une bière (non mais ho, elle est à 3 euros la blanche chez nous!), j’écoute Vivacité en streaming, je n’aime pas le beurre de cacahuète et ça fait une plombe que je n’ai plus mangé du fromage qui n’a pas la couleur d’un ballon de basket.

J’aime cette (déjà) nostalgie et je l’accepte avec beaucoup de fierté. Cela fait partie du jeu.

Parce qu’à côté, il y a tellement de choses que j’aime dans ce pays que ces petites choses me rappellent un peu d’où je viens. Elles sont nécessaires. 561428_10208129931979738_7930745491550998097_n

J’accepte d’être loin d’un pays que j’aime mais que j’aurais certainement aimé différemment si j’étais restée.

Le jour où l’on a compris cela, on voyage différemment. On voyage avec nous-même, avec notre vécu et nos racines, nos repères et notre culture ce qui nous permets d’apprécier un pays bien mieux qu’en essayant de se fondre dans une masse à laquelle on n’appartiendra jamais.

 

Aujourd’hui, je suis l’heureuse expat belge qui parle frites et sirop de Liège en mangeant de la poutine. Je ne serais jamais américaine, jamais canadienne parce que

Je suis belge, une fois. 

DSC_0267

VISITE: Ontario Science Centre

Il ne fait pas très beau mais vous n’avez pas envie de rester dans le canapé? Alors je vous emmène à l’Ontario Science Centre pour un après-midi plein de découvertes!

Pour qui?

Tout le monde! Mais surtout les plus jeunes qui trouveront dans cet endroit interactif et ludique un musée où ils seront invité à toucher, essayer, tirer, pousser, bouger, sauter, approcher… comme dans aucun autre musée!

Le musée est presque totalement bilingue, excepté la séance Imax.

Que voir?

Les différentes salles vous proposent de vous plonger au coeur du corps humain, de la terre ou de vous envoler très haut pour découvrir notre système solaire. 3823_587598768069200_1011435372612537679_n

Dans chaque salle, vous trouverez des explications (bilingues et surtout, à la portée de tous!) mais également beaucoup de panneaux interactifs.

 

 

 

La Challenge Zone vous invite à mieux comprendre la physique grâce à des petites expériences: création d’avions en papier, musiques, photographies, …

On s’est éclaté comme des gosses enfants (note pour moi-même, ne plus dire « gosses » au Canada).

La configuration du musée est bien et permets de ne pas se perdre (contrairement au Musée d’Histoires Naturelles de New York, qui est un vrai labyrinthe!).

 

La séance Imax dôme était un peu décevante.

12800270_587598634735880_7194643704968478100_n

Nous avions opté pour le film « Under the sea ». Bien que l’expérience en elle-même soit une chose à faire, il faut avoir le coeur et les yeux bien accrochés! L’effet dôme de l’écran donne de drôles de sensations … A déconseiller aux personnes claustrophobes!

Le film en lui même était nul, disons-le. Lent, aucun rythme, on apprend rien. Dommage!

Nous n’avons pas pu profiter non plus de l’extérieur à cause de la météo, nous reviendrons en été!

 

N’hésitez pas à vous renseigner sur les expositions temporaires. Nous avons vu l’exposition consacrée aux mammouths et autres mastodontes de la préhistoire, nous avons adoré!

Expo visible à l’Ontario Science Centre jusqu’au 24 avril! Plus sur cette expo ICI

Bref, l’Ontario Science Centre est l’endroit idéal pour se poser des questions…

et peut-être y trouver des réponses!

Mes conseils…

  • Emportez une bouteille d’eau et des biscuits car les prix sont élevés à l’intérieur. Toutefois, vous trouvez de quoi vous restaurer et boire tout au long de votre visite.
  • Emportez votre gel désinfectant pour les mains car vous allez les poser partout et vous ne serez pas les seuls!

Le prix? 

Le prix d’entrée est de 22$ par adulte et 13$ par enfant.

Vous pouvez combiner votre entrée avec la projection Imax de votre choix pour 28$. Vous devez toutefois choisir votre séance à l’achat du billet.

Y aller? 

Le bus 25 (Don Mills/Pape Station) s’arrête juste devant!

Plus d’info? 

www.ontariosciencecentre.ca 

 

Retrouvez 8 choses à faire à Toronto ICI!

Hamilton Heights, l’autre Harlem

Lors de notre dernière escapade à New York, je suis allée dire bonjour à mon amie Maureen (la belge à New York, retrouvez son interview ICI) qui vit à Hamilton Heights, au nord de Manhattan.
googlemap1
Le quartier s’étend de la 135th Street à la 155th Street et est bordé d’une part par l’Hudson et de l’autre par la St-Nicholas Avenue/Edgecombe.

Comme nous le disait Maureen lors de notre interview, Hamilton Heights est un quartier à découvrir,  » C’est un peu le SoHo de Harlem avec des cafés d’artistes avec free internet, cafés- magasins de vêtements, des restos branchés…  »

J‘ai pu constater moi-même qu’il s’agissait d’un quartier en pleine expansion.

En effet, lorsqu’on dit Harlem, on pense à la célèbre 125th Street où trône l’Apollo Theater ou encore les alentours de la 116th pour visiter Columbia University.
548242_3391094049824_1002216683_n

Mais le quartier de Hamilton Heights se démarque de ces rues emblématiques et peu de visiteurs s’aventurent au-delà de la 125th.

Et pourtant en poussant le trajet de métro un peu plus loin, on se retrouve dans une tranche de Manhattan qui mérite d’être découverte!
Non seulement il y a de nombreux bars et restaurants qui contribuent à l’essor du quartier mais vous trouverez aussi une population très cosmopolite. Là où East Harlem est hispanique et la 125th afro-américaine, Hamilton Heights est de plus en plus diversifiée.

Suite à l’explosion des loyers sur Manhattan, la population ne cesse de reculer vers le Nord et l’Est (du côté de Queens) à la recherche de locations plus abordables.
Le quartier n’est plus « réservé » à une seule identité culturelle.

Vous pourrez découvrir également une promenade agréable au bord de l’Hudson où Maureen m’a déjà invité pour un barbecue en été!
DSC_0866
Vue sur le New jersey d’un côté, le Washington Bridge (reliant le New Jersey à Washington Heights) de l’autre.
10885186_10155184128165192_5060093650455616202_n Photo: Maureen

Le long de cette promenade, le Riverbank State Park accueille les résidents autour de terrains de sports et d’une patinoire en hiver, transformée en piste de roller en été.
Toutes ces activités contribuent elles aussi à l’épanouissement du quartier.
84ab45e73b90d7b30274b95e4aab62a7 Photo: nysparks.com

Hamilton Heights est un quartier à vivre. Vous n’y trouverez pas d’Empire State Building ni de m&m’s Store mais si vous souhaitez vous imprégnez de la vie new-yorkaise, je vous conseille de pousser la balade jusque là, vous ne serez pas déçus!

Comment y aller
Métro 1 depuis Columbus Circle
Environ 20mn

MERCI à Maureen de m’avoir fait visiter son quartier et d’avoir su m’en parler en si peu de temps. J’ai hâte d’y retourner pour pouvoir mieux l’apprécier (le quartier, pas Maureen! :p )

Et si ce n’est déjà fait, une petite visite de Harlem s’impose. Pour cela, je vous invite à visiter le blog de ma pote
Ameloche Voyage  » Harlem le quartier afro-américain de New York« 

1377391_510040855754965_1048540499_n

Previous Older Entries