Les grandes premières à New York

J’aime assez revenir en arrière… Rappelez-vous votre toute première fois à New York. Pas seulement votre toute première fois mais vos tout premiers pas!

Voyons ce que cela donne…

La première fois que….

1/ …vous voyez les taxis new-yorkais pour de vrai

s1e2_rapidly_taking_pictures

2/ …qu’un vrai new-yorkais s’est adressé à vous. Avec l’accent et tout et tout

tumblr_mn7t0rEOHn1ssppvlo1_500

3/ …que vous êtes entré dans un magasin et que le vendeur vous a dit « Hi how are you? » avec un grand sourire.

Are-We-Becoming-Friends-Now-when-harry-met-sally-23211648-500-282

4/…que vous êtes allé chez Macy’s

tumblr_m46p4q76xL1qabsiwo1_500

Après 1/2 heure chez Macy’s

climb-stairs

Maintenant, quand un de vos amis vous demande de l’accompagner chez Macy’s

9ykvEDq

5/… Que vous êtes allé à Time Square

tumblr_m3hnprvxc71r7ifqv

La deuxième fois que vous êtes allé à Time Square (soit, dans la même journée)

stuckingtraffic

Désormais, quand on vous parle de Time Square

blah

6/ …que vous avez découvert de nouveaux magasins comme Victoria Secret…

3218983

7/…par contre, la première fois que vous êtes entré chez Abercrombie

tumblr_lujcm8Ee3G1qhpehmo3_500

tumblr_m0alrwfpQd1r3tiwzo1_400

8/…Que vous avez prit le métro et que des gens chantaient dans votre rame.

tumblr_ma1cs30anw1r3ty02o1_500

Au bout d’un moment

tumblr_inline_n8fgehn23A1qlzx05

Et vous? Comment se sont passées vos premières fois?

Advertisements

15 signes qui prouvent que vous pouvez encore vous en sortir dans ce monde…

Le Monde Tourne mal, Axel Red le disait.

Pourtant, si ces signes vous parlent, cela montre que, comme moi, vous avez encore une chance de vous en sortir.


83701_Oh_my_God_Thank_God

1/ Vous n’avez pas vu La Reine des Neige et vous ne comprenez pas les vannes sur « libérée, délivrée ».
Vous faites « comme si » de temps en temps…

76116-Eddie-Murphy-WHAT-gif-Imgur-q5DT

2/ Personne ne vous a nominé au Ice Bucket Challenge sur Facebook.
Et c’est tant mieux car, vu la météo, vous ne l’auriez pas fait.

giphy

3/ Vous n’avez pas encore de blog qui raconte la vie de vos enfants, leurs exploits, leurs cacas.

reverse-1285930892_kid-sticks-head-in-toilet-bowl

4/ Vous n’avez suivi aucune saison de Game of Throne,
et vous vous en fichez un peu

watching-tv-all-day-long_2667

5/ Vous ne téléchargez jamais de films,même pourris.
Bonus : Vous achetez même encore des DVD sur amazon. (Bonus ++ : vous achetez vos DVD à la Fnac)

MfTKHne

6/ Vous lisez des livres en papier. Pas sur une tablette. Et ça, c’est classe.

tumblr_mwlijrloii1qbuxk3o1_500

7/ Vous ne saviez même pas que Secret Story avait recommencé (C’est avec Loana, ça, non?).
Ni The Voice. Ni Fort Boyard…
Vous vous demandez pourquoi vous payez encore une télé.

tumblr_m0u8mdRcX71r085xlo1_500

8/ Vous voyez plus souvent vos amis en vrai. D’ailleurs vous ne trouvez pas leur photo de profil vraiment avantageuse donc bon,
vous y gagnez au change.

laptop-closure-facebook-gif-delete-friends-break-up-social-media

9/ Vous ne donnez pas la météo sur Facebook.

tumblr_inline_mj411sAZqm1qz4rgp

10/ Vous avez arrêtez depuis longtemps de poster des photos de votre déjeuner sur Instagram. Parce que vous mangiez toujours froid ou que, après avoir choisi l’angle, les filtres et les hashtags, il ne vous restait plus que 5 minutes de pause.

food-eating-ron-3

11/ Vous n’avez et n’aurez jamais d’objet à l’effigie « moustache ». Vous êtes parmi les rares à n’avoir JAMAIS dessiné de moustache sur votre doigt.

tumblr_n0c71ys75g1rxeufro2_500

12/ Vous n’avez que 3 applications sur votre smartphone. (Quoi, l’horloge c’est pas une application?)

iphone-fake

13/ En parlant d’application, vous n’avez strictement aucune idée de ce qu’est réellement Candy Crush

tumblr_mkjwrxejx01ql5yr7o1_400

14/ Vous ne trouvez pas que le « 90s revival » c’est fashion. Ca vous rappelle trop la manière dont vous vous sapiez à l’époque.
Parce que oui, vous avez vraiment connu les années 90, vous.

giphy

15/ Vous avez définitivement arrêté de fréquenter les soirées lorsque les gens ont commencé à réclamer « Corde à sauter hé hé » ou « Gangnam style ».

tina-fey-7


Alors, vous pensez que vous pourrez vous en sortir?

Le cas échéant…

penguin-backpack

Moi et… Miss Liberty

C’était en 2009 (déjà!).

Premier voyage à New York. Premier voyage tout court.
Je n’avais pas assez de mes deux yeux pour tout voir et je me suis demandée si le Créateur, dans sa grande bonté, n’aurait pas pu prévoir de paires supplémentaires pour ces cas de figure.

Deuxième jour, j’avais déjà pas mal modifié mon planning si minutieusement préparé. Mais à New York, je venais de le découvrir, c’est comme ça que ça se passe : au feeling.

ny 185

Je grimpe dans le métro comme si cela avait toujours été mon moyen de locomotion et direction downtown, Battery Park.

ny 187

Le vent m’acceuille à bras ouvert, l’air fluvial ne laisse aucun doute, j’y suis.
Le ciel est un peu couvert en cette heure matinale d’octobre mais on devine déjà le soleil. Les immeubles dans mon dos laissent place à l’étendue de l’Hudson.

ny 192

Mon regard est d’abord attiré par cet aigle géant qui, face à l’Hudson semble se jeter sur une proie invisible.
ny 191

L’East Coast Memorial a été érigé en l’hommage des victimes de la Seconde Guerre Mondiale.
L’aigle est entouré de 8 énormes blocs de granit où sont inscrits les noms de 4601militaires ayant perdu la vie dans l’Ocean Atlantique au cours de la guerre de 40-44.

NY 2012 307

J’ère un moment parmi ces stèles pour arriver sur la berge.

Et au loin, elle est là. Dans la brume sa silhouette célèbre se dessine dans le gris du ciel.
ny 189

Je m’approche de la rambarde pour l’observer ; le regard porté loin vers l’horizon, le bras tendu vers le ciel, Miss Liberty domine. A ses pieds, quelques bateaux semblent lui offrir une danse matinale qu’elle voit à peine.

Je décide d’embarquer sur le Ferry de Staten Island.
ny 196

Dans le grand hall d’embarquement, je me fraie un chemin parmi les touristes et les locaux. Ce mode de transport, gratuit, fait des allers-retours de Manhattan à Staten Island durant toute la journée.
Un moyen idéal pour approcher Miss Liberty.
PRENDRE LE FERRY POUR STATEN ISLAND

On démarre, je me mets à l’extérieur. Le vent est plus fort et plus froid mais qu’à cela ne tienne !
Je vois Manhattan s’éloigner et prendre alors une forme que je n’avais vue qu’à la télévision.
ny 199

Les immeubles se détachent sur le ciel qui commence à prendre une teinte bleutée, comme un jeu de construction parfaitement agencé.
ny 200
ny 221

Après quelques minutes, on s’approche. Miss Liberty n’a pas bougé.
ny 205
NY2 070

J’ai le coeur serré et j’ai du mal à réaliser qu’elle est là. Devant moi.

Je ressens alors une infime part de ce que les immigrants, venus en nombres des décennies avant moi, pouvaient ressentir.

statue-of-liberty-part-of-a-group-everett

Symbole d’espoir, de nouveau départ. Je suis impressionnée et c’est avec émotion que je l’observe alors que, sans un regard, elle continue de scruter l’horizon à l’affut des prochains arrivants, sa torche éclairant le chemin. A la fois indifférente et accueillante, bienveillante et inaccessible.

On s’éloigne, elle reste là. Imperturbable face à notre émotion débordante.
ny 211

Le tout dans des nuances de bleus et de verts, cette image restera à jamais gravée en moi.
Cette image de la première fois.
ny 227

Le Ferry reprends sa route pour le retour vers Manhattan… J’ai l’impression qu’elle m’avait déjà manqué!

ny 229

Le retour de New York… en image!

J’ai voulu écrire sur mon retour de New York…

Après 6 mois dans la Big Apple, j’étais submergée d’émotions diverses. Or, près de deux ans après, je n’ai toujours pas trouvé les mots.

Je me suis dit que raconter tout cela en images serait plus parlant…et plus sympa.

Et peut-être que toi, expat tout frais, tu vas t’y retrouver. Ou que toi, revenu depuis de longs de mois, tu t’y retrouveras aussi.

Voyons…

La veille du retour. On vérifie la date sur le billet d’avion… Oui, c’est bien demain.

tumblr_inline_n0hl7tsc481rgybzu

Ce moment où tu te rends compte que tu dois faire rentrer 6 mois de vie dans 23Kg…

Hangover Rainman

Et puis, tu décides de t’y mettre…

2IgTtyc

Entre temps, tu as quelques messages de tes amis… Ils sont impatients de te retrouver.

80743-Selena-Gomez-texting-iphone-gi-ZpWS
Et à ce moment précis, tu es loin…TRES loin de t’imaginer le retour!

Voilà, les valises sont bouclées. Il est temps de faire ses adieux…

Tu essaies de rester digne

You-Are-Correct-Classy-Bill-Murray

Jusqu’au moment où ton coloc te regarde comme ça

tumblr_m7i6tbqBmE1r3055wo1_500

Alors, tu oublies toute dignité

Cryinggifs_02

Malgré les pleurs et la boule au ventre, tu finis par prendre ton taxi, direction l’aéroport.

need-a-break

Arrivée à l’aéroport, te revoilà parmi les touristes de ton pays qui reviennent d’un court séjour. Les entendre se plaindre parler français te heurte déjà les oreilles.

J’exagère à peine

britney-ear-cover-giphy

Une fois assis à ta place, tu sens le moment arriver. Ce moment où tu vas réellement quitter cet endroit.

Pour de bon.

freebush

Après 8 heures, durant lesquelles tu auras eu tout le temps de te remémorer tout ce que tu viens de vivre et de t’appitoyer sur ton sort, te revoilà au point de départ.

Tu débarques dans l’aéroport un peu comme ça

tumblr_lhd74fo4vi1qdxwid

Heureusement, quelques ami(e)s sont venus t’accueillir

tumblr_mnkpo8CSuw1rs1uyyo2_500

J’avoue que ça atténue un peu le sentiment très bizarre qui vous envahit. La joie de retrouver vos proches…Et l’immense vide qui vient de tomber en vous.

Vous savez que plus rien ne sera comme avant à présent.

tumblr_mgwwlaEp6J1rrzx66o1_400

Et beaucoup de gens vous verront désormais comme ça:

tumblr_inline_n6shw5UjKo1s9922n

Ca vous fera bizarre car, au début, vous ne saurez pas très bien si ça vient de vous ou d’eux.

Finalement, un tri s’imposera de lui-même.

tumblr_mxi1nplwJS1skvvw7o1_500

Le cercle sera peut-être réduit mais il sera au moins d’une qualité supérieure.

Bref, à votre retour, comme je vous le disais, de nombreux sentiments vont s’emparer de vous. Le tout va être de réussir à les gérer au mieux… Pour vous, d’abord. Pour les autres, ensuite.

N’espérez jamais que l’un de vos proches n’ayant pas vécu d’expérience similaire puisse comprendre votre état d’esprit.

confused-ryan

De même que vous ne comprendrez pas ce que eux ont pu vivre durant votre absence.

Il faut faire preuve d’un peu d’indulgence, des deux côtés. Mais ce ne sera pas facile, vous réapproprier les codes d' »ici » et « oublier » ceux de là-bas, vous demandera du temps…

tumblr_lxnrb9spFm1r9w70so1_500

Surtout quand vous faites preuve d’un peu de mauvaise volonté car vous voulez rester à tout prix dans votre bulle… J’avoue.

Mais le temps fait son boulot, c’est comme pour tout.

Gardez en mémoire que la vie vous a offert une magnifique expérience, pensez-y aussi souvent que possible… Mais ne vous laissez pas envahir l’amertume du retour.

Ce ne sera certes pas facile, mais c’est ce qu’il y a de mieux à faire.


tumblr_inline_n99ta0Tj4L1s5bg37


Et qui sait… Peut-être un jour…

59814-Ferris-Wheel-Turn

Trouver un appart à New York

Ça y est, vous avez votre précccciiiieux en main, votre billet d’avion et vos valises sont bouclées… Reste à savoir où les poser !

Vous commencerez des mois à l’avance à zieuter les offres sur le net, sauf que New York est une ville qui bouge et que personne ne vous réservera une chambre plusieurs mois/semaines à l’avance.

Il faut donc chercher une fois sur place.
Bon courage!

Pour éviter de loger sous les ponts (Et c’est pas ça qui manque à New York, mais bon !), vous aurez pris soin de réserver une auberge de jeunesse ou un hôtel pour votre première semaine.
Ou vous avez la chance, comme moi, d’avoir une amie en fin de stage qui propose de vous héberger quelques jours le temps que vous trouviez…

Plusieurs sites vous proposent des logements, mais avant tout, il faut établir son budget.

Vivre à NY, c’est cher. Vous trouverez assez facilement des annonces pour colocations, mais comptez environ entre 900$ et 1200$ par mois pour une chambre.
N’oubliez pas de regarder le quartier dans lequel vous voulez concentrer vos recherches.

Soit vous passez par des annonces en lignes, soit vous ne vous prenez pas la tête et vous passez par une agence. Personnellement, j’ai tout fait moi-même et, vous allez le voir, assez facilement.

Tout d’abord, je me suis rendue sur la fameuse Craiglist ainsi que sur un groupe Facebook proposant tous les jours plusieurs annonces logements.

Un mot d’ordre une fois sur place : visitez !

N’oubliez pas que vous devrez « vivre » ou du moins cohabiter avec le reste de la colocation, donc autant faire en sorte que cela ne gâche pas votre expérience dans la Big Apple.

Mon budget : $1000. C’est déjà pas mal et, pour une petite européenne, cela me paraissait énorme. Or pour ce budget, on se rend vite compte que le choix est limité.

Le décor planté, je passe à la pratique : les visites.

Après plusieurs contacts via la Craiglist, je m’en vais visiter une « chambre » sur la 116th.

Quartier animé, immeuble ultra nickel, doorman, salle de sport, parc privatif… La fille me vend du rêve ! En effet, quand j’arrive, tout est tel qu’elle me l’a décrit. Sauf la « chambre ». Qui n’en n’est pas une.

Un paravent dans le salon, un matelas par terre, une table de nuit sommaire et l’appellation « chambre » est donnée.
« Je n’utilise presque jamais mon livingroom » tente-elle de me rassurer.
Mais non, ça va pas le faire. Autant le luxe de l’immeuble est tentant, autant dormir dans le salon de chez quelqu’un n’est vraiment pas pour moi. Surtout pas pour 6 mois !

Next ! Après deux autres visites qui se sont soldées par l’absence totale du proprio au rendez-vous, je dégotte un autre plan, via le groupe de Facebook.
Une française s’en va et propose sa chambre dans East Village. Un quartier vivant et jeune que j’aime beaucoup.

Quelques échanges et quelques photos plus tard, je suis convaincue et je m’en vais rencontrer la propriétaire. Il n’y a que deux chambres, je serais donc seule avec elle et je mise beaucoup sur la bonne entente.
Première impression plutôt bonne, l’appart est vieillot mais spacieux. Assez bordélique mais la fille m’explique qu’elle revient de voyage et qu’elle compte tout réaménager. Elle a deux chiens, des chihuahuas et vivre avec des animaux m’enchantent. La chambre est spacieuse.
Banco, je tente !

Là, ça se complique… Dès le deuxième jour, pas de réaménagement en vue.
Elle m’annonce que son petit ami pense venir la rejoindre en septembre.
Une salle de bain à la propreté douteuse et je n’ose même pas utiliser la cuisine. Je ne le sens pas.

De plus, la proprio insiste pour que je lui donne le deposit (caution) en cash dans la journée. Je rentre du boulot pour sentir une douce odeur de marijuana dans le couloir, des bruits suspects au deuxième, et pour découvrir que les gentils petits chiens ont baptisé la salle de bain d’odeurs pour lesquelles je n’ai aucun doute !
Pas beaucoup de communication avec ma « colocataire/propriétaire », je mange dans ma chambre avec mon ordi.

Une voisine m’interpelle et me dit de me méfier de cette personne, il se pourrait qu’elle ne soit pas très honnête…

Ok, ni une, ni deux, je prends la première annonce sur craiglist et j’organise mon déménagement.

Je trouve, en un clic, une chambre dans East Harlem (là où je souhaitais rester au départ), grand loft avec 4 autres colocs (déjà plus sympa). Le proprio est jeune et dynamique, je signe direct. Un contrat, un chèque, tout cela me semble déjà plus correct.

Deux jours plus tard, j’ai déménagé et j’ai oublié cette petite mésaventure pour me plonger dans ma vie new-yorkaise.
Une colocation sympa avec qui j’échange beaucoup, on mange ensemble, on prend l’apéro, le quartier est vraiment bien et je m’y sens chez moi.

Au fil du temps, nous devenons une vraie petite famille… Je ne pouvais rêver mieux !

Pour conclure, je dirais que tout va très vite à New York. Si vous ne le sentez pas, déménagez. C’est la ville de tout les possibles et trouver une bonne colocation… C’est possible!

3 petits conseils :

VISITER, toujours. Propreté, transports, facilités, quartier,…
SIGNER quelque chose : un contrat, un chèque, une preuve écrite de votre deposit
POSEZ vous des questions : est-ce que le quartier me plait, est-ce que je me sens bien dans cette chambre, est-ce que le courant passe avec le/les coloc(s) présent(s), …

Rooftops à New York

En attendant les beaux jours, voici la liste des rooftops testés à New York.

230 Fifth
230, 5th Avenue 10001 NY

Le plus: La vue, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur

Un incontournable car sa vue sur sur l’Empire est sublime. Maintenant, il est reprit dans pas mal de guides touristiques, vous risquez donc fortement de tomber sur plein de français qui parlent fort
Mais le lieu reste agréable malgré tout.

Terrasse en été ET en hiver grâce aux chauffages et aux peignoirs à disposition.
L’intérieur propose lui aussi une belle vue, en cas de pluie.

J’affectionne évidemment particulièrement cet endroit étant donné que j’ai rencontré mon chéri au 230, face à l’Empire,… Mais ça, c’est une autre histoire!

Press Lounge – Ink48
653 11th Avenue 10036 NY

Le plus : la terrasse et ses fauteuils

La terrasse de ce rooftop est plus qu’agréable au coucher sur soleil. La vue sur l’Hudson d’un côté et Midtown de l’autre.

Le soleil dardant ses rayons dorés sur les immeubles est un spectacle dont on profite avec un bon cocktail en main.

The View
1535 Broadway 10036 NY

photo: www.nycvp.com

Le plus : La vue mais c’est tout

Pour moi, l’attrape touristes ! J’y suis allée en 2012, nous avons été assez surpris après tout le bien entendu à propos de cet endroit.
Les prix sont exorbitants et l’ambiance ne casse vraiment pas la baraque. On nous a chargé 8$ par tête parce qu’il était plus de 20h, à trois avec un cocktail à 18$ chacun… On est sorti de là libéré de 80$ !
Heureusement, les cocktails étaient bons.

La vue est assez stupéfiante et le concept de salle tournante vous permets une aperçu à 360°c.
Cela dit, si c’est pour payer une attraction, autant aller à l’Empire State Building. Vous ne pourrez pas vous asseoir ni prendre un verre mais au moins, vous économiserez quelques dollars pour un endroit qui en vaille la peine.

Mondrian Soho
9, Crosby Street 10013 NY

Le plus : le cadre chic

Un cadre luxueux dans Soho pour un cocktail sur le toit. La vue y est superbe et l’ambiance chic donne le ton ! Prévoyez de réserver et ainsi être sur la guest list.

De nombreux cocktails vous sont proposés et préparés devant vous par une sympathique barmaid.
Le top est d’y aller pour profiter du coucher de soleil, en été pour pouvoir rester à l’extérieur.

Le Bain -Standard Hotel
848 Washington Street 10014 NY

photo: standardhotels.com

Le plus : Les toilettes trop classes !

J’y suis allée deux fois et j’ai découvert deux ambiances différentes. La première fois, il faisait bon et un bar était à l’extérieur, sur la terrasse. La vue sur Downtown d’un côté et sur l’Empire State de l’autre vaut réellement que l’on s’y arrête.

Nous y sommes retournés en décembre. Plus de bar à l’extérieur, nous nous sommes donc installés à l’intérieur, dans une ambiance plutôt confortable. Nous avions également la vue sur l’Empire.

Comme nous y étions tôt, il faisait relativement calme. Vous pouvez aussi y passer la soirée dans une ambiance plutôt boite de nuit…

The Haven Rooftop – Sanctuary Hotel
132W 47th Street 10036 NY

photo: nycgo.com

Le plus : la carte

En effet, n’étant pas situé très haut, la vue n’est pas aussi époustouflante qu’au 230. Toutefois, nous y avons passé un excellent moment !
Le service est au top et la carte proposée est très fine. Les plats sont servis de manière à pouvoir être partagés.

Le cadre est sympa, en hiver, le rooftop est transformé en chalet de montagne…

Le Pod 39
145 East 39th Street 10016 NY

Le plus : être à l’extérieur en étant « à l’intérieur »

Un petit bar situé en haut de l’hôtel Pod sur la 39th. Vous vous retrouverez au centre d’une structure en briques très jolie qui vous donnera la sensation d’être à l’intérieur. De larges fenêtres aux hautes colonnes (sans vitre évidemment) vous proposent une belle vue sur l’Empire State Building.

Ambiance plutôt calme en début de soirée. Le bar ne permets pas que l’on s’y attarde les jours de froids ou de pluie.

**************************************************************

Je profite de cet article pour remercier ma pote new-yorkaise de coeur qui m’a fait découvrir nombre d’entre eux et grâce à qui j’ai passé d’excellents moments à mon arrivée dans la Big Apple!

LIENS:
230 Fitfh
Press Lounge at Ink 48
The View at Marriott
Mondrian Soho
Le Bain at Standard Hotel
The Haven Rooftop at The Sanctuary Hotel
Pod 39

Le Jardin du Luxembourg

21 hectares ouverts au public au coeur du 6ème arrondissement, le Jardin du Luxembourg se situe dans le quartier Odéon.

C’est sous un ciel gris et chargé que nous nous y sommes rendus pour cette première matinée à Paris.

Après un petit déjeuner à la Brasserie Danton (métro 4 – Odéon), nous avons bravé les quelques gouttes de pluie pour découvrir le Jardin du Luxembourg.

Les allées s’étendent devant nous, entre les parterres de fleurs quelques peu défraichies par la fine pluie qui sévit sur Paris.

Les statues agrémentent notre balade, tantôt austères, tantôt pensives. Se mêlant presque au gris de ciel, elles observent de leurs yeux de pierre, impassibles.

Beethoven ou Flaubert côtoient Diane chasseresse ou encore Minerve, le tout sous la protection du Palais du Luxembourg qui domine. Un regard sur le passé… ou sur l’avenir. Sur les passants de passages ou les habitués qui ne les voient plus.

Prisonnières du temps, de la pierre, de la pluie, les statues du Jardins du Luxembourg donnent à cet espace une dimension entre rêve et réalité, entre hier et aujourd’hui.

Qui de la statue ou du passant pourrait vivre la vie de l’autre ?

Cà et là, des bassins, à l’eau ondulante au gré du vent qui semble prendre vie au rythme des gouttes de pluie. Dans le bassin principal, se reflète le Palais, comme un jumeaux emprisonné dans une réalité ondoyante rendant ses contours variables.

Les joggeurs en survêtements fluos apportent une touche de couleur au décor, semblant venir du futur dans cet espace figé dans le temps.

La valse des parapluie au milieu des allées, jonglant avec l’appareil photo et le téléphone pour rapporter un souvenir malgré la pluie.

Modernité au milieu de ce jardin du 17ème siècle.

Et tout autour du parc, des bois sombres, invitant à errer à l’abri de la pluie qui tombe de plus en plus.
Tel un écrin, ces feuillages verts semblent préserver l’un des nombreux joyaux de la Ville Lumière.

Previous Older Entries