Do you pin Up?

Parce que moi, oui.

Tout d’abord, reprenons les bases. En effet, ce courant semble revenir au goût du jour mais n’est pas toujours bien interprété.

Comme son nom l’indique, la « pin-up » est, littéralement, celle que l’on accroche (au mur). Un idéal sexy mais pas vulgaire de la femme, charmeuse et attirante mais un fantasme sur papier.
Dès le début, ces pin-ups étaient dessinées pour des magazines, des posters, calendriers ou encore journaux. Idéalisées sous le crayon de dessinateurs tels que Alberto Vargas ou Gil Elvgren.

Durant la seconde guerre mondiale, le phénomène s’amplifie grâce aux militaires qui emportaient des images de filles dans leurs paquetages, voir pour certains pilotes, sur la carlingue de leur avion !

Suite à l’apparition des magazines érotiques et pornographiques comme Playboy ou Penthouse, la mode des pin-up s’atténue au profit de photos de femmes nues, érotiques et… plus.
Toutefois, le style des années 50 de ces filles de convoitises n’a jamais réellement quitté la tendance populaire. Le charme n’a pas d’âge.

L’âge d’or des pin-ups se situe dans les années 40-50. Les égéries de la tendance sont intemporelles : Marilyn Monroe, Betty Page, Jayne, Mansfield… Et toutes ces actrices d’époque dont les noms évoquent glamour et charme.

Et pour ne citer qu’elles: Ava Gardner, Anita Ekberg, Betty Grable, Brigitte Bardot, Jayne Mansfield, Lana Turner, …
Ces noms vous disent quelque chose,non?

Pour ma part, j’ai toujours aimé les fifites et, les pin-ups faisant partie intégrante de cet univers, je ne pouvais qu’adorer.
Aujourd’hui, beaucoup essaie de mettre ce style au goût du jour en oubliant un peu l’esprit de départ. La pin-up, comme à l’époque est et doit rester une femme de convoitise, sur papier glacé, un modèle, dont on apprécie les photos. Elle va inspirer, faire rêver et surtout rester l’inaccessible femme fatale.

Mais, on peut tout à fait intégrer cette influence dans notre vie de tous les jours.

Amoureuse plutôt transie de cette époque, j’aime porter des vêtements tels qu’on en voyait dans les années 40-50 dans mon quotidien.

Ce n’est pas pour autant que je me crois dans un photoshoot tous les matins!
Je marque mes influences: le vintage, le rockabilly, les pin-ups, les 40s et 50s,… tout en restant réaliste, en posant les balises nécessaires. « Tout influe sur moi, rien ne me change » comme disait l’autre.
Ce style vous tente? Juste un conseil ; évitez d’être too much…

Dita Von Teese

Les pin-up modernes m’inspirent autant que celles de l’âge d’or. Elles sont là où on les attends : dans les magazines. Et, désormais, sur la toile. Elles proposent des séances photos, leurs actus ou leurs astuces maquillage. C’est un réel bonheur de les suivre dans leur monde.

Idda Van Munster

Et ma favorite: Acid Doll

Je ne prétends pas faire une analyse du phénomène, ni de citer toute les tendances. Je n’ai pas parlé du rockabilly et des « rockabellas » qui sont les premières héritières des pin-ups fifities… Mais pour cela, il me faudrait plus qu’une page!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: