New York like a New-yorker…

Toutes ces choses que vous vouliez faire à votre arrivée à New York mais finalement…

On ne le répètera jamais assez: New York, ce n’est pas une série télévisée.
Pourtant, difficile de faire abstraction quand on arrive dans cette ville que l’on a vu tant de fois sur petit et grand écran !

Du coup, lorsque vous arrivez dans la Big Apple, vous vous promettez de vivre comme ces new-yorkais des séries…

Sauf que, ce n’est pas toujours possible !

1/ Faire son jogging dans Central Park.

Parce que vous avez entendu/lu/vu que cette activité du dimanche faisait so new-yorkais pur souche.

Premier jour : on file chez Payless Shoe Source, s’acheter une super paire de running pas cher.
On enfile son pantalon de running et son T-shirt de running. Queue de cheval et nous voilà parti pour de longues foulées dans le poumon vert de la ville.

Aaaaah se mêler aux vrais new-yorkais, en couple, seul, en famille ou avec poussette, tout le monde semble piqué par la fièvre de la course à pieds… Sauf que, si comme moi, le sport n’est pas votre dada quotidien, vous remarquez assez rapidement que vous n’avez pas le niveau « joggeur de Central Park » mais plutôt le niveau mamy (oui, les mamies courent aussi à Central Park, elles vous dépassent même, parfois. Bref. ).

De plus, en courant, vous pouvez facilement vous perdre dans les allées. On suit les chemins, sillonnant le parc à gauche, à droite, re à gauche, ça monte, ça descends….

A bout de souffle, vous vous arrêtez sur un banc sans vraiment savoir où vous êtes.
Si bien qu’en démarrant à la 5th Avenue au niveau de la 108th (j’habitais East Harlem), je me suis retrouvée sur la 110th…Central Park West ! Soit de l’autre côté sans m’en rendre compte.
Évidemment, on court léger. Pas de téléphone et encore moins de quoi payer un taxi pour rentrer. Du coup, on fini par marcher jusqu’à l’appart, on reprend son souffle et, une fois enfin de retour, on s’affale sur son lit en se disant que courir dans Central Park, « c’est beau mais c’est loin ».

Du coup, comme on ne veut pas stocker les burgers et les pizzas, on revoit sa tactique.

Pour ma part, j’ai trouvé un petit parc non loin de l’appart (Jefferson Park)


Fréquenté par des familles ou des jeunes après l’école, ombragé, avec des bancs et un terrain de baseball où le coach crie tellement fort que vous courez plus vite en pensant qu’il s’adresse à vous.

Je me contentais d’abord de faire des tour du parc, puis j’ai pris la passerelle.Une passerelle qui enjambe la route et vous dépose directement le long de l’East River. Un cadre relaxant, calme ou vous ne croiserez certes pas les compétiteurs de Central Park mais quelques joggeurs comme vous.

Sur la passerelle, au loin… La pointe de l’Empire State vous rappelle où vous êtes…
Certes moins de monde, moins d’ « éclat » que The Central Park mais cet endroit, j’ai réussi à me l’approprier.

Je prenais un réel plaisir à aller y faire quelques foulées après le boulot ou le weekend. J’ai même fini par traverser quelques blocs sans m’arrêter…
J’étais fière de moi.
J’étais chez moi.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: