Être touriste, ce n’est pas un métier facile…

« Un touriste se reconnait au premier coup d’œil. C’est un individu habillé d’une manière telle que s’il se trouvait dans son propre pays, il se retournerait dans la rue en se voyant passer. » (Philippe Meyer)


tourists-Long-Term-Travel

Le touriste, est celui qu’on blâme.

Mais qui sont-ils ces touristes que l’on aime critiquer ? Ces français qui parlent fort dans le métro ?
Le touriste qui s’arrête au beau milieu de la rue pour faire une photo d’arbre? Ou celui assis à la table à côté de la vôtre qui ne laisse pas de pourboire ? Celui qui est dans votre hôtel et qui rouspète tous les jours à la réception pour un oui, pour un non et qui se retourne vers sa femme en disant « chez nous, ce n’est pas comme ça ! », celui qui vous pousse en haut de l’Empire State Building pour faire sa photo, celui qui vous insulte en français en pensant que personne ne le comprends, qui n’a aucun respect pour la population du pays qu’il visite… La liste est longue !

Le français qui parle fort, le chinois qui prend des photos, le belge une fois, l’allemand en sandales-chaussettes… La liste des catégories ethniques est toute aussi longue.

130517141050-china-tourists-hong-kong-camera-story-top

Et si le « mauvais » touriste était aussi celui qui passe son séjour à critiquer…les autres touristes?

Au départ, « tourisme » vient de la pratique des jeunes aristocrates anglais envoyés en Europe par leurs riches parents pour apprendre et aiguiser leur haute éducation. Un « Tour d’Europe ».

Imaginez ces jeunes lords en habit évoluant dans les ruines antiques… et voyez aujourd’hui les groupes de français en short et casquettes descendant d’autocars luxueux pour se faire photographier aux côtés d’une fausse statue de la Liberté sur Time Square !
Il n’y a là qu’une frontière temporelle, non ?

14-NY Tourists Second Place Group

Le voyageur est celui qu’on envie

Le voyageur est celui qui s’en va sac au dos vers de nouvelles contrées, rencontrer des civilisations inconnues et qui nous ramènent ses sandales pleine de souvenirs. Le voyageur c’est le faste du voyage, la beauté de la découverte, la grandeur, le rêve ; le voyageur est obligatoirement cultivé, instruit. Le voyageur est ce solitaire qui ose, qui n’a pas ou peu d’attache mais à qui l’on s’attache … Et malgré son air parfois suffisant (le voyageur à tout vu et ne s’extasie pas devant les classiques touristiques), le voyageur nous apparait trop éloigné pour qu’on puisse s’y identifier et donc s’y comparer.

Du coup, il passe de l’autre côté de la frontière : l’admiration prends la place de la moquerie.

org_10438_img1

Il y a toujours eu ce fossé, cette distinction entre voyageur et touriste. L’un est glorifiant, il est synonyme de rencontres, d’échappées belles, de découvertes. L’autre est synonyme de short, appareil photo autour du cou et casquette.

Pourquoi ? Les deux ne sont-ils pas simplement à la recherche d’un ailleurs, démarche identique mais moyens différents ?

Est-ce que le touriste voit sans voyager ? Au fait, on n’a jamais parlé de pigeon touriste… pigeon3

Le touriste est, pour la plupart d’entre nous, celui se prends en photo devant le Charging Bull, qui s’extasie sur Time Square, qui parle fort et qui suit généralement un groupe mené par un guide.

Le touriste est celui qui va où on lui dit d’ aller, voit ce qu’il faut voir et mange ce qu’il faut manger. Le touriste est celui qui s’achète des souvenirs insignifiants, des tonnes de T-shirt à l’effigie de la ville et qui se vantera haut et fort d’ « avoir voyagé ». le touriste est cet idiot sans éducation, ce simple d’esprit qui prends des photos…

Funny of tourist (5)

« Le touriste est la caricature de ce que nous prétendons ne pas être ! C’est un repoussoir qui nous permet complémentairement d’affirmer notre individualité face aux autres. »


En fait, le touriste, c’est l’autre.

Mais tout touriste est un peu voyageur, si l’on part du principe que les dénominateur communs sont nombreux : un départ, une destination, de la nouveauté, des découverte, de l’apprentissage (le touriste qui écoute le guide raconter l’histoire de Notre Dame sur les bord de Seine ou le voyageur qui apprends l’histoire d’une civilisation à travers un vieux qui parle un dialecte ancien… L’apprentissage est là).
S’exiler et voir autre chose que son quotidien. Faire sa valise et saluer ses proches.Avoir l’envie de découvrir, le désir de partager une expérience.

Le touriste est voyageur.

Le voyageur est aussi touriste. Quoi ?? Comment ? Rien à voir !! Mais si. Le voyageur va à la découverte du monde AUSSI. Il découvre des choses pour la première fois AUSSI. Il prend des photos et goûte des plats locaux AUSSI.
En quoi serait-ce si différent ?

Parce qu’au cours des dernières décennies, le voyage en général est devenu accessible.
Accessible à tout un chacun. On part au soleil en famille ou visiter des nouvelles villes à deux pendant nos congés annuels. Tout le monde peut voyager, l’explorateur de contrées lointaines n’est plus le seul à pouvoir prendre l’avion.
C’est la banalisation du voyage (au sens large) qui a presque imposé cet distinction entre touriste et voyageur.

Et au fil du temps, les mauvais touristes sont apparus. Impolis, ne respectant ni les coutumes, ni les endroits qu’ils visitaient.
pay-for-photos-tourists

Ils sont vite devenus le contre-exemple par excellence et c’est celui-là qu’on chasse lorsqu’on part en vacances.

Désormais, je ferais preuve d’un peu plus d’indulgence envers les « touristes ». Ok, il y a ces mauvais touristes et, malheureusement, ils seront toujours présents. Mais il y a des bons touristes, ils sont majoritaires mais ils se font simplement moins remarquer.

Ceux là ne sont peut-être pas de grands voyageurs mais ils prennent la peine de découvrir et d’apprendre. Plaisir personnel, expérience en famille, se construire des souvenirs, partager une expérience,…

« (…)les mauvais touristes sont simplement ceux qui se croient partout chez eux, et qui se croient tout permis parce qu’ils ont payé.
Bref, ceux chez qui on n’a pas envie d’aller.
 »

080324-asia-tourists-monks-hmed-11a.grid-6x2

« Des touristes vont bailler où le coeur me battait si fort »
(M. Barrès- Une Enquête au Pays du Levant)

. Cela veut tout dire. Comme je le disais précédemment, il n’y pas UNE bonne façon de voyager.
(Par contre, il y en des mauvaises).
Là où le coeur d’un habitué va battre avec passion, un autre va trouver cela quelconque.
Et inversément.

Que vous partiez en solo ou en famille, en groupe organisé ou seul avec votre carte, que vous partiez une fois par an ou tous les deux mois, à New York ou au beau milieu de la savane africaine, en cordée dans les Andes ou dans les entrailles de Paris, bref, où que vous alliez : Soyez un touristes averti et responsable, respectez les us et coutumes des pays, informez vous et apprenez, usez et abusez de vos cinq sens. Vous n’en reviendrez que grandi.

Gardez en tête que vous serez toujours « l’étranger », touriste ou voyageur.


bustedtees.1d774c2c-1b9c-4e37-9d7f-455bad07d035

Un touriste responsable devient-il alors voyageur ?
Un voyageur n’est-il qu’un touriste responsable?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: