Baguettes et sac à dos

Article de mon ancien blog. Février 2013.

Ma visite en Californie avec mon ami vietnamien m’a permis de découvrir la culture asiatique aux US. En effet, une grande communauté vit à Orange County et je fus plus qu’immergée !

Premier contact avec les parents et grands-parents de mon ami. Ils me parlent en vietnamien ou en anglais approximatif. Mais leur gentillesse vaut toutes les paroles. Après tout, il y a toujours un langage universel.

Première immersion culinaire : le resto entre amis…

Le soir de notre arrivée, on va au restaurant vietnamien avec les amis de P. Je ne comprends rien à la carte, ni même quand il tente de m’expliquer en anglais ce qui se cache sous ces noms… Qu’à cela ne tienne ! Ce que je vis, je ne le vivrais pas deux fois et je me mets en mode « Fourchette et Sac à dos ». Testons !
Je passe commande en vietnamien sous le regard amusé des convives (grâce au souffleur assis à côté de moi !) et du serveur.

Cette première approche fut…Une délicieuse surprise !!! Un plat varié, contenant de nombreux petits mets différents. Incapable de dire ce que c’est, je me régale. Des légumes, des nouilles, du riz, des rouleaux frits carrément indéfinissables, des sauces… qu’est-ce que c’est bon !

Et l’ambiance est à la bonne humeur. Ici, tout le monde partage ! Ils parlent beaucoup de leurs souvenirs avec P. , du boulot, etc… J’écoute avec amusement tout en mangeant.
Nous nous quittons pour rentrer et…dormir ! Après plus de 48h debout. Demain, debout de bonne heure et direction : Los Angeles !

Deuxième immersion culinaire : Little Tokyo, toujours amoureuse de la culture Nippone.

A L.A. Je reviendrais sur la visite de la ville dans un prochain post. Ici, nous nous sommes arrêté dans un minuscule restaurant de Little Tokyo : le Daikokuya.

C’est la file à l’extérieur, heureusement nous sommes dans les premiers.
Reproduction typique de la gargote japonaise où l’on mange de la soupe traditionnelle appelée Ramen.

Nous commandons donc la Daikokuya Ramen Soup… Que dire ? Un plat unique qui m’aurait permit de me nourrir pendant une semaine ! Une soupe composée de nouilles, bœuf, œufs, le tout embaumé de délicieux arômes,… Plein de bonnes choses mais très consistant pour mon petit estomac. Une chouette découverte encore une fois !

Troisième immersion culinaire : Temple bouddhiste. No meat but Tofu.

Un peu particulier cette fois. En effet, à l’occasion du Nouvel An, P. m’emmène au temple bouddhiste où ses parents sont bénévoles au sein de la communauté. Il y a du monde et un repas est gracieusement offert à toutes les personnes qui se rendent au temple. Sa maman est chargée de la cuisine, c’est donc avec gentillesse qu’elle m’offre une soupe.
Mais cette fois, nous sommes dans l’enceinte du temple donc pas de viande.

Celle-ci est remplacée par du tofu coupé de manière à ce que, visuellement, l’illusion soit faite. C’est très bon, très goûteux mais une fois encore,très généreux!

Quatrième et dernière immersion culinaire (ma préférée) : Le Dim-Sum.

Lendemain du Nouvel an (fêté avec parcimonie). Après le lever, P. me propose de m’emmener dans un endroit pour le petit déj. Il m’explique que c’est un genre de Brunch-buffet. Ok, culture occidentale oblige, je m’attends à un buffet « petit-déjeuner », soit café, croissants, éventuellement œufs…Que nenni !
Il s’agit d’un Dim Sum. Concept bien particulier (et qui m’a séduit) : littéralement « cœur à petite touche », il désigne un ensemble de mets de petite portion consommée dans la cuisine cantonaise.
Les serveurs passent avec leurs chariots fumant entre les tables et nous présentent les différentes portions (chaud, froid, sucré ou salé,…). A nous de choisir. Le serveur indique alors sur notre bon ce qu’on a prit et cela servira à l’addition. Par chance, cet endroit ne fait partie des Dim Sum touchés par l’ « occidentalisation » qui perd peu à peu le service « à table ».

Donc, on rentre dans ce qui est pour moi, un restaurant chinois typique. Dorures, dragons, poissons, grand éclairage,… Une foule de gens, souvent en famille.

Quelle ne fut pas ma surprise de comprendre que j’allais manger chinois à 10h du matin. D’abord un peu réticente, je suis mon ami à une table. Je veux du thé, du jus d’orange, des trucs de petits déjeuner !! Mais les odeurs, à l’inverse de mon a priori, me mettent l’eau à la bouche.
Le premier chariot arrive et je laisse P. choisir pour moi. Les serveurs ne parlent pas ou peu anglais. Il commande du thé et me dit « forget your european culture ». C’est dit, c’est fait !
Je commence doucement par goûter des petits raviolis vapeur… C’est fait, je suis contaminée par le Dim Sum ! Je n’ai pas assez d’yeux, pas assez d’odorat pour tout absorber. Les chariots s’enchaînent, les plats aussi.

Je ne peux plus m’arrêter de manger. Je veux goûter à tout, même à ce dont j’ignore la contenance. Sous le regard ravi de P. qui me fait découvrir tout ça !
On reste facilement 2h à table…Je n’en peux plus ! J’ai envie de faire une sieste, repue. Dehors, la file attends pour entrer. Le Brunch du dimanche chez les asiats, c’est le Dim Sum. Pour moi, ce sera MON coup de cœur !

Une fois goûtés,testés et approuvés toutes ces nouvelles saveurs, je ne regarderais plus la cuisine asiatique du même œil ! Merci pour ces découvertes culinaires… A refaire.
Et un seul conseil : « Forget your european culture ! »

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: