Roadtrip en Ontario – Part II.

Jour 3 – Les 1000 Îles

Retrouver la partie 1 ICI

Nous revoilà sur la route. Le trajet jusque Ivy Lea est plutôt sympa. Le motel que nous avons réservé est un peu plus cher; en effet, il se situe au point de départ de la balade pour les 1000 Îles.

DSC_1241

Le Capricorne Motel Royale est un endroit accueillant. Les chambres sont confortables mais nous avons surtout payé pour l’emplacement.

J’ai aimé les petits patios devant chaque chambre avec une table et des chaises, cela permet de faire des rencontres!

Le motel possède également une pièce commune accessible avec un frigo, de la vaisselle, micro-onde, machine à café, grille-pain,… On se croirait presque en camp de vacances. L’accueil chaleureux du propriétaire ajoute une petite touche supplémentaire à la note!

Ivy Lea n’est pas très grand mais Gananoque, situé à 10-15min en voiture, vous propose des restaurants et magasins. Il y a également beaucoup d’hôtels à Gananoque. C’est là que nous avons été manger avant de profiter de la soirée au motel. Sur le chemin, des petits passages vous donnent accès au Saint-Laurent et à de superbes vues…

13903179_10154310212643808_8849798929634823286_n

Balade des 1000 Îles

Plusieurs départs sont possible pour faire la croisière à la découverte des 1000 Îles. Nous avons naturellement opté pour le départ de Ivy Lea avec Gananoque Boat Line pour la croisière d’1h, premier départ à 10h15. (Pour info: la croisière au départ de Kingston, où nous ferons escale plus tard, dure 3h et une autre balade inclut la visite du château Boldt Castle et dure 5h).

13900703_10209229102218307_1732029233_n

Nous étions dans les premiers à monter sur le bateau, nous avons pu en profiter pour se choisir une place confortable. Je vous conseille d’arriver 20 à 30 minutes avant même si vous avez réservé votre billet. En effet, il est possible d’acheter son billet directement sur place; du coup, en fonction de la météo, cela peut vite être la foule à l’embarquement!

Le point négatif de la croisière est que, à l’extérieur, nous n’entendions pas les commentaires du capitaine et du coup, nous avons loupé pas mal d’infos!

Les Mille-Îles sont un archipel serpentant le fleuve Saint-Laurent entre les USA et le Canada.

Y’a-t-il vraiment 1000 îles?

Oui! Même plus, puisque l’archipel comporte officiellement 1865 îles. Le critère permettant de déterminer l’appellation « île » est très simple: le lopin de terre doit être au-dessus du niveau d’eau toute l’année (ne doit donc jamais être submergé complètement), doit avoir la capacité d’accueillir au moins 1 arbre ou arbuste viable et faire 2 mètres carrés minimum. Vous verrez donc de grandes îles (Wolfe Island, située du côté canadien, étant la plus grande) mais aussi beaucoup de petits îlots dont certains n’ont même pas d’habitation. Les oiseaux sont les seuls à pouvoir en profiter!

DSC_1176

DSC_1200

Le plus petit pont international du monde

DSC_1213DSC_1225

On se surprends alors à s’imaginer seuls sur ces îlots, n’est-ce pas au final un petit rêve que de posséder sa propre île?

DSC_1219

DSC_1237

 

Après cette visite agréable, nous avons plié nos bagages pour rejoindre notre dernière destination: Kingston. Au programme: balade dans la ville, un peu de shopping dans les outlets et surtout, le lendemains, petite rando au parc provincial de Frontenac… STAY TUNED!

Infos utiles

2 itinéraires de 1h, 1 itinéraire de 2h30 et 1 itinéraire de 5h incluant la visite du château de Boldt Castle.

  • Capricorne Motel Royale – 108 Ivy Lea Road Ivy Lea, ON  KOE 1LO
  • Cousin on King – Bar & Grill, l’un des resto/brasserie que nous avons testé. Vraiment rien d’exceptionnel, la nourriture y est bonne.
  • Rendez-vous sur King Street East à Gananoque pour y trouver des restaurants, stations essence, magasins,…

 

Advertisements

Roadtrip en Ontario – Part I.

Long weekend du 1er août au Canada, l’occasion pour nous d’aller découvrir l’Ontario.

Nous avons loué une voiture auprès de la société Alamo, qui s’avèrent être l’une des plus avantageuses. Comme pour notre trajet vers Blue Mountain, nous avons été chercher la voiture à l’aéroport de Pearson.

(Je précise que je ne suis sponsorisée ni par Alamo, ni par aucune sociétés/hôtels/attractions/restos/autres dont je parle dans cet article! Mes avis sont personnels et n’engendrent aucune contrepartie).

Itinéraire prévu :

This slideshow requires JavaScript.

 

  • Toronto – Trenton = 179km
  • Trenton – Picton (Comté du Prince Edward) = 48km
  • Picton – Sandbanks Provincial Park (Comté du Prince Edward) = 15km
  • Comté du Prince Edward- Ivy Lea = 135km
  • Ivy Lea – Kingston = 46km
  • Kingston – Frontenac = 40km
  • Frontenac -Toronto = 280km

Jour 1

Départ de l’aéroport vers 18h. Nous comptons quelques bouchons sur la route mais cela reste raisonnable. Le paysage n’est pas aussi pittoresque que lors de notre séjour au nord de Toronto étant donné que, cette fois, nous empruntons l’autoroute 401.

Un arrêt McDo sur la route et nous arrivons à la nuit tombée au Bayside Motel de Trenton.

Le motel est exactement comme je l’imaginais.

DSC_1156

Hâte de commencer notre périple! La chambre est modeste et la propreté sommaire. Mais ce genre d’établissement est fait pour n’y rester qu’une nuit! On ne se focalise donc pas du tout sur ces détails et on plonge dans le lit pour une bonne nuit de sommeil. DSC_1148

Nuit qui fut courte. Réveil à 6 heures du matin, avec le soleil. Un petit café avec une vue qu’on n’aurait pas cru avoir hier soir! DSC_1152

13884603_10209229088697969_1065732037_n

Le motel se situe juste à l’entrée d’un petit parc et d’un lac où se reflète les rayons matinaux. Un bonheur pour commencer la journée! On souligne également la gentillesse de l’hôte qui n’oubliera pas de nous rappeler de lui laisser un avis positif sur Trip Advisor.

Jour 2

On continue dans notre découverte du « Canada authentique » avec un arrêt petit déj’ dans un dinner sorti des années 50! Chez Dapp’s .

Omelette pour monsieur et French Toast pour moi… Service sympa et ambiance familiale au rendez-vous. N’oubliez pas de laisser un petit mot dans le livre d’or avant de partir!

Direction Picton, située sur le Comté du Prince Edouard (à ne pas confondre avec l’Île du Prince Edouard…Située à plus de 1600km de Toronto!). J’avais repéré un ranch qui propose des balade à cheval dans les bois, l’occasion de remonter en selle après de nombreuses années (15 ans!). Ce fut donc notre première destination.

13936487_10209229101298284_1717050592_n

Le Diamond J Ranch se situe aux abords du comté, à Picton. Vous remarquerez vite que le comté n’est pas grand et que l’on a vite fait le tour. Picton a un petit (très petit) centre ville avec quelques boutiques et restaurants; mais le point d’intérêt principal du comté est le parc provincial de Sandbanks. Je vous en parle juste après. Ou pas… 

Nous réservons la balade de midi. L’endroit est charmant et le propriétaire, sous sa moustache et son Stetson,  nous parle de la pluie et du beau temps…Surtout du beau temps. 50 jours sans pluie, il déplore cette chaleur qui ne joue pas en faveur de la végétation.

Après avoir équipé les chevaux, c’est parti pour un peu plus d’1h de balade dans les bois. C’est bien agréable de remonter à cheval dans ce paysage! On tente même une petite allure… C’est comme le vélo, ça ne s’oublie pas!

13900683_10209229101338285_796923214_n13903349_10154310212293808_1517427458441211890_n

13934831_10154310212438808_4503402103319861808_n

Après la balade, nous sommes resté un peu au ranch pour nous désaltérer avant de reprendre la route.

Direction Sandbanks Provincial Park. Sandbanks est LE point de départ de toute bonne visite au Comté du Prince Edouard: plages, dunes, lac, randos,… Oui, sauf que c’est la SEUL réel point d’intérêt et qu’en ce long weekend ensoleillé, tout le monde a eu la même idée que nous (ou plutôt, nous avons eu la même idée que tout le monde). 

A 10km environ de Sandbanks, un panneau lumineux nous informe que le parc est full et qu’il nous est conseillé de choisir une autre destination! Nous tentons toutefois une approche mais nous serons arrêté quelques kilomètres plus loin par la police chargée de rediriger ces touristes-qui-ne-savent-pas-lire-un-panneau! C’est donc un peu déçus que nous empruntons une autre route.

La déception ne sera pas longue car la route secondaire longe le lac et il y a possibilité de rejoindre la rive par des petites routes. Les criques ne sont pas très « pratiques » d’accès mais elles offrent une vue magnifique sur une eau transparente et loin de la foule!

13933378_10209229101738295_437380410_n

Toutefois, les plages de gros cailloux n’invitent pas à la baignade, ni à une séance de bronzette (ou alors, prévoyez un bon matelas!).

Le temps passe tellement vite… Il est déjà temps de reprendre la route pour Ivy Lea et les 1000 Îles! 

Stay tuned…

 

Infos Utiles

Lors d’un petit roadtrip, n’oubliez pas de prévoir quelques provisions. En effet, le Canada est grand et, en dehors de l’autoroute, il n’est pas rare de faire de nombreux kilomètres sans voir un magasin.

Prévoyez à boire et de quoi grignoter. Cela nous a été utile le matin, au motel, avant d’aller prendre notre petit déjeuner, d’avoir quelques biscuits. Idem lors de notre chemin vers Sanbanks, il n’y avait rien sur la route et il faisait très chaud.

Liens et adresses

8 choses à faire à Toronto

Nous avons décidé de passer une partie de notre PVT à Toronto. Pour nous, ce fut une première découverte

Voici donc les activités que nous vous suggérons pour un premier voyage à Toronto

1/ La CN Tower
Incontournable, c’est un peu l’Empire State Building de Toronto (sans la foule)!
IMG_2080
Du haut des 553 mètres, vous aurez une vue imprenable sur la ville d’un côté et les îles de l’autre.
CONSEIL: Monter au sommet en fin de journée pour profiter de la vue de jour, du coucher du soleil et de la vue de nuit.

PRIX: 35$ (ouais, c’est pas donné!)
Infos: Site web

2/ Les îles
A un jet de ferry, vous voilà dans un petit paradis flottant.
DSC_0529
Plages, piscines, vélos, …Le tout dans un immenses parc agrémenté de points d’eau et de petits chemins.
De plus, les îles vous offrent une magnifique vue sur la skyline de Toronto!
DSC_0526
Article complet sur les îles de Toronto A VENIR!

PRIX: 7$ A/R en ferry

3/ L’aquarium

Il pleut? Pas de problème, rendez-vous à l’Aquarium situé juste à côté de la CN Tower. Une plongée sous marine surprenante!
12108113_10153578567743808_1362094882636384924_n
PRIX: 30$
Infos: Site Web du Ripley’s Aquarium

4/ Le quartier de Kensington Market
Un quartier coloré et animé où l’art se dévoile à chaque coin de rue.
12072684_10153595608323808_1765726045914364276_n
PRIX: Gratuit

5/ Les chutes du Niagara
Et oui, les célèbres chutes ne sont qu’à 1h30 de Toronto…
DSC_0611
Retrouvez l’article consacré à notre première visite aux chutes du Niagara en septembre ICI
PRIX: 20$ pour la croisière qui vous amène aux pieds des chutes

6/ Shopping au Eaton Centre
Je le trouve personnellement bien plus agréable que celui de Montréal. Le Eaton Centre est LE lieu de rencontre pour les accros au shopping.
150374_10207402349270625_6228107709808787782_n
Idéal si vous venez en hiver. ATTENTION toutefois, durant la période des fêtes, c’est une véritable fourmilière!
Infos: Site Web Eaton Centre

7/ Dundas Square
12106790_10153578566118808_3349591066907144172_n
C’est un peu le Time Square de Toronto…
Un peu plus loin, le Nathan Philipps Square, où s’alignent les lettres « TORONTO » en 3D.
12141653_10153578566618808_5493407372684206713_n

8/ Downtown
DSC_0506
J’aime beaucoup l’ambiance des vieux bâtiments de Downtown, où l’architecture d’époque cohabite avec les nouvelles constructions presque futuristes…
DSC_0504
Encore plus après avoir découvert les histoires mystérieuses qui s’y cachent grâce à The Haunted Walk => ICI
PRIX: 18$ pour la balade guidée

Ce qu’il nous reste à voir…

Tellement de choses! Mais dans le top 3 de notre liste, nous avons:
– La Casa Loma
– Le Centre des Sciences de l’Ontario
– Le Hockey Hall of Fame

STAY TUNED…

Au boulot! (Part I)

Trouver du travail à Toronto

Comment ça se passe? Par où commencer?

Peu de temps après notre arrivée, nous avons décidé d’effectuer notre PVT à Toronto. Après avoir trouvé un logement (articles ici et ici), il est temps de chercher du boulot!

Par où commencer?

Tout d’abord, arranger son cv au format canadien! Ce n’est pas évident au début mais une fois que l’on a compris le truc, ça va tout seul.
hanks typing_zpsonww68ef

Attention, ici, le cv doit correspondre au poste pour lequel vous postulez. Il faudra donc le faire autant de fois que vous allez solliciter une entreprise pour un poste.

Mettez en avant vos qualifications directement reliées au poste convoité, ensuite parlez brièvement de vos parcours professionnel et scolaire.

N‘oubliez pas de mentionner vos éventuels bénévolats, c’est un réel atout ici. En effet, le concept de « giving back to community » est très apprécié.
Les intérêts personnels sont peu regardés par les employeurs, sauf si ceux-ci ont un intérêt direct pour le poste.

Dans la partie sur votre parcours pro, n’omettez pas d’y indiquer vos accomplissements avec des exemples concrets (très demandés, on y reviendra dans la partie « interview »).
Vous postulez pour un job dans l’évènementiel? Détaillez un ou plusieurs projets menés à bien: nombre de personnes, délais donnés,…
Un job administratif? Décrivez rapidement vos tâches journalières, donnez des chiffres ( nombre d’appels ou d’emails à gérer par jour, nombre de mots tapés à la minute,…)

Pas évident de faire rentrer tout cela sur deux pages (trois grand max)! Pas évident non plus de « choisir » ce que vous devez mettre en avant… On a envie de tout écrire!
ron-swanson-typing

Pour commencer, j’ai fait un résumé complet pour moi. J’y ai indiqué tout, dans le format canadien. Ensuite, il vous suffira d’aller repêcher les points utiles.

Le plus important: cibler vos envies! Vous n’êtes pas non plus ici pour subir un boulot mais pour avoir l’opportunité d’une réelle expérience.
Cette expérience doit aussi répondre à VOS attentes. Que voulez-vous faire? Quels sont objectifs? sont les premières questions à vous poser!
tumblr_static_thinking
Malgré l’effervescence de l’arrivée, la nouveauté et tout le reste, prenez un moment au calme pour y penser. I mean it, seriously.

Où chercher?

Les sites d’offres d’emplois regorgent évidemment de postes à pourvoir. On vous dira que ce n’est pas la meilleure solution mais je vous conseille quand même de les utiliser. Cela vous permettra d’avoir un aperçu des postes et surtout des descriptifs de ceux-ci.

Ensuite, le réseau. Rencontrez des gens qui pourraient être intéressants dans votre recherche d’emploi, participez à des soirées de networking, montrez-vous et distribuez votre carte!
business_card
Le voisinage, les amis,… Dites que vous cherchez du boulot et ce que vous recherchez. N’ayez pas peur, cela se fait beaucoup et c’est comme ça que ça marche.

Pour les boulots types vente ou restauration, n’hésitez pas à vous présenter en personne dans les établissements avec un cv.
Parfois on vous remerciera simplement pour votre intérêt et votre cv ira rejoindre la pile; d’autres fois, on vous fera remplir un formulaire de candidature (ça rends la chose un peu plus officielle).
Si vous voulez vraiment bosser à cet endroit précis, il ne faut pas avoir peur de retourner un peu plus tard au magasin demander s’ils ont bien votre cv et quels délais pour devrez attendre pour une réponse. Si possible, demander directement à parler au manager…
Qu’avez-vous à perdre? Rien.

Ensuite, il y a les sites des entreprises et leur section « career« . Vous verrez directement les besoins de l’entreprise. Rien ne vous empêche d’envoyer une candidature spontanée en mettant en avant pourquoi vous pourrez apporter quelque chose de par vos expériences et/ou qualifications.

Sans oublier les agences de placement. Beaucoup d’agences placent les bilingues et trouvent des postes adaptés à votre niveau d’anglais. Elles révisent votre cv avec vous et vous placent dans l’une ou l’autre de leurs entreprises « clientes ».
Cela peut aller des postes dans des call-center à des postes plus précis. Une bonne alternative pour « mettre le pied à l’étrier »et rencontrer des professionnels pour vous aiguiller.

Francophone? Pas de soucis, le Centre Francophone de Toronto propose des ateliers gratuits et très intéressants: faire un cv, comment chercher, comment assurer à l’entrevue,… Ils ont également une section « emplois » sur leur site avec principalement des emplois bilingues. Le personnel est très sympa et vous y trouverez l’aide que vous chercher en français!

Pour ma part, j’ai utilisé à peu près tous ces moyens!
Successivement.

J‘ai envoyé des dizaines de résumés via Monster ou Indeed; j’ai postulé par candidatures spontanées; j’ai parlé à mes voisins notamment, de ma recherche d’emploi; j’ai été déposer mon cv dans des magasins, j’ai remplis des formulaires en ligne et j’ai participé à plusieurs ateliers au Centre Francophone.
Résultats? Aujourd’hui, j’enchaîne les interviews
tumblr_mg4z0iL8fx1qcnoaro1_500

Autre conseil, la patience! En effet, pour vous donner un exemple, j’ai reçu le 20 octobre une réponse pour une candidature envoyée le 18 septembre! Pour une autre, il y a eu au moins 3 semaines d’attente.

Durant cette attente, je ne vous cache pas que le moral peut décliner. En effet, vos efforts n’ont pas l’air de payer et vous pourriez vous décourager.
tumblr_muwangqMD51syeot2o1_500
Mais surtout, il faut rester positif, profiter de ce temps libre pour visiter, aller au cinéma ou sortir! C’est aussi pour cela qu’on est ici: découvrir un autre pays et une autre culture.
Car une fois le boulot trouvé, vos loisirs deviendront certainement plus organisés…

En bref, pour commencer:

– Le résumé
– Les recherches, explorer TOUS les outils à votre disposition pour votre recherche
– La patience.. cette vertu!

Dans le prochain article, je vous parlerai des différents entretiens que j’ai passé: par téléphone, face à face ou en groupe.

STAY TUNED!

Notre emménagement à Toronto… (Part II)

Comment meubler un non meublé?

En effet, lorsqu’on trouve son bonheur en terme d’habitation, si ce n’est pas une coloc, il y ‘a peu de chance qu’il soit déjà meublé! Dans ce cas, ça va être la chasse aux meubles…

Voici notre expérience!

Comme je vous l’expliquais dans l’article précédent (ici), nous avons trouvé notre basement assez rapidement. Mais bien sûr, il était non meublé!
00o0o_o5eqakXThm_600x450Photo: Craiglist

Il y avait le frigo, la cuisinière et le micro-onde, ainsi que la laveuse et sécheuse (un luxe qui nous évitera de courir à la laverie en hiver!).

Il nous fallait donc… A peu près tout! De la fourchette au canapé en passant par les produits ménagers.

Par où commencer?

Par lister ce dont vous avez besoin (vraiment besoin): les meubles! Et nous avons visé le principal: table, chaises, lit et canapé. Le reste serait en extra ou pourrait être acheté par la suite.

Ikéa? oui pourquoi pas, mais cela reste cher.
Seconde main? Oui! C’est une grande ville qui bouge beaucoup, donc beaucoup de gens déménagent ou emménagent régulièrement et revendent, à bas, prix, leurs effets personnels.
C‘est via Kijiji et Craiglist que nous avons tout trouvé!

Acheter en seconde main nous a non seulement permis de faire quelques économies mais également de rencontrer des gens supers.
Nous avons emporté avec nous une partie de leurs histoires…

La table et les chaises proviennent de chez un couple charmant avec un enfant, vivant dans une petite maison avec un porche (on y revient!). Ils nous même offert deux bouteilles de vin pour nous souhaiter la bienvenue à Toronto.

Le canapé, nous avons été le chercher chez un jeune homme qui déménageait à Vancouver avec sa compagne. Il nous a également cédé son meuble de rangement.

Quand au lit, nous l’avons trouvé chez une française expat qui vivait dans un super appart avec une vue incroyable sur le lac. Elle nous également donné les tables de nuits et les draps.

Chacun d’entre eux est un peu le visage de Toronto. Un visage multiple qui ne cesse de bouger, de se transformer au fil de la vie, tout simplement.

Et nous entrions à notre tour dans cette fresque urbaine.
En récupérant ces meubles, nous faisons désormais partie de la chaine…

Il fallait ensuite les apporter dans le basement… Et ça c’était une autre paire de manches!

Louer un camion, organiser les différents pick ups (en une fois pour éviter de louer un camion plusieurs jours) et tout décharger ensuite.

A deux, donc. Bon, un et demi vu ma capacité à porter des objets lourds (type un matelas king size).
Nous avons loué le camion via la société U-Haul

Bien que la tâche fut un peu ardue, voir très difficile en fin de journée, le tout s’est fait dans la bonne humeur et les sourires accueillants.

Mais une fois rentré, il fallait tout faire passer dans le basement et compte tenu de l’agencement, on n’était pas peu fier d’y être arrivé.

DSC_0664

Pour vous aider à visualiser l’entrée…

C‘est exténués mais ravis que nous avons pu poser enfin nos premiers meubles « chez nous ».
DSC_0660
Le tout agrémenté par un achat fantaisie très utile et carrément indispensable … Notre super lampe Walking Dead (dégotée chez HMV).
12039627_10206905123000279_2887059076956160500_n

Et le reste?

Pour tout le reste, il y a…Dollarama! Pour moins de 3$ par article, vous y trouverez tous les ustensiles nécessaires à votre emménagement: couverts, casseroles, porte savon, balai, verres,…

Pour les plus gros achats comme un aspirateurs ou un toaster, nous avons été chez Wallmart. C’est également là que nous avons trouvé nos couette/oreillers/draps de lit.
Toutefois, pour l’électroménager, n’hésitez pas à également aller voir sur les sites de seconde main!

Maintenant qu’on est chez nous…Il est temps de découvrir la vie quotidienne à Toronto!
Mais aussi de trouver un boulot.

STAY TUNED!

J-31, on la boucle…

Avant de la boucler (sa valise), on a encore pas mal de détails à régler. Mais ces détails accumulés sont en réalité autant de feux verts qui nous annoncent le départ. (Un peu comme dans Mario Kart).

On boucle ses dossiers au boulot

Prise dans l’organisation de l’évènement, je ne me rendais pas bien compte que c’était le dernier « gros truc » que j’avais en charge.
Aujourd’hui, de retour au bureau, on parle rangement, classement et organisation des dossiers pour « le/la suivant(e) ».

Alors on boucle. On ferme les classeurs, on vérifie les notes et on range les papiers.
2 semaines et demi.
Et puis c’est fini.

On boucle l’appart

Là, je me dis que le mot « boucler » n’est pas très approprié mais tanpis!

Après la brocante, où l’on a vendu pas mal de babioles, on élimine le reste. Tables, chaises, canapés, machine à lessiver.
On vide la Comfort Zone. Et à peine avais-je posté mon album « A vendre » sur Facebook que les messages pleuvaient déjà.
Ho, une minute! Ça va vite, là, non?

Non. Le compte à rebours a démarré, tout simplement.
En trois clics, j’ai vendus presque toutes les grosses pièces…
Et en trois clics notre appartement a déjà commencé à se vider.

Le départ approche, ça se sent et désormais, ça se voit.

On la boucle…

Vraiment

Parce que maintenant, tout le monde sait qu’on part. Et on sourit en répondant « Ho oui, on a hâte » (parce que c’est vrai!) mais on ne dit pas qu’on stresse un peu, que l’on ne sait pas vraiment de quoi ce voyage sera fait, ni où on va se retrouver.
« On se réjouit ». Point.

Et entre nous, le soir avant de s’endormir, on se réjouit et on papote. Beaucoup. Pour se rassurer, un peu, et s’encourager.
On va tout de même « tout » quitter. Et pas que notre machine à lessiver (qui est toujours à vendre, 200€, contactez moi)

On la boucle aussi

auprès de nos amis.

On le sait, ce ne sera pas facile pour eux…Enfin, pour elles.
Nous sommes comme les 5 doigts de la mains d’un lépreux (parce qu’en fait on est 4).
Inséparables, une Dream Team qui se renforce au fil des ans; et très franchement, je ne vois pas qui je pourrais envier sur ce point.
Je me rends bien compte que je vais aussi quitter notre petit clan, je serais « celle qui« . Celle qui est partie, celle qui ne sera pas là aux anniversaires, celle qui loupera les premiers mots de la Grenouille, celle qui se barre à 6000kms.

Du coup, on profite de chaque instant car ces derniers seront inoubliables. Une bataille d’eau improvisée, des fous rires inexpliqués, une complicité exemplaire.
Encore mille moments à partager. Et comme le dit la maman de la Grenouille « Entre nous, il n’y aura que les kilomètres qui nous séparent« .
Alors on la boucle.
Et ce n’est pas parce qu’on boucle une valise, qu’on boucle une relation.

Le voyage pour les filles…

…Qui ont peur de tout!

Voilà un titre prometteur qui a tout de suite accroché ma curiosité.
Une fois reçu, je l’ai englouti d’une traite.
11231744_496403463855398_7456314146193289959_n

Le ton est donné: c’est un livre pour les filles (qui ont peur de tout ou pas). Couverture, titre et illustrations, tout « fait fille« .
Un peu comme « Confessions d’une accro au shopping » mais où ce serait plutôt « Confessions d’une accro aux Voyages ».

Pas tellement mon genre de bouquin à la base mais comme je suis assez éclectique à ce niveau, je n’ai pas vraiment de « style« . D’ailleurs j’ai lu les confessions de l’accro au shopping et j’ai beaucoup ri.

Ce bouquin s’adresse aux filles, on l’a dit, mais surtout aux filles qui voyagent! Et c’est ce point précisément qui m’a donné envie de le lire. Pas vraiment un guide, pas du tout un roman, plutôt un condensé d’expériences rassemblées sous une même couverture.

Ce bouquin s’adresse également à « celles qui ont peur de tout« . Derrière ce qualificatif qui fait sourire de par sa généralité, on s’y retrouve un peu toutes.
L’hypocondriaque qui a une maladie rien qu’en voyant Michel Cymes (moi), la stressée d’oublier un « truc » qui imprime en 6 exemplaires son billet électronique (re moi), la trouillarde qui veut de l’aventure (encore moi).
Bref, tous ces portraits peints comme des caricatures en début de bouquin s’adressent à nous toutes.
On ne se reconnait pas dans un portrait. On est toutes un peu de chaque. Et nos voyages nous ressemblent, nous font et sont uniques pour chacune d’entre nous.

Ce livre est signé à 4 mains mais c’est une foule de nanas (qu’on rêve d’être) qui ont contribué à son élaboration.
Blogueuses voyage (des vraies, hein), des nomades, bourlingueuses, journalistes,.. Bref, du concret! C’est ce que j’ai apprécié dans l’approche du bouquin; il reste basique mais chaque témoignage est concret et parle de quelque chose de connu ou que l’on pourrait connaitre.
Ce n’est pas flou comme peuvent l’être les guides.

Je dis « basique » mais ce n’est pas péjoratif. En effet, comment ne pas l’être en parlant d’autant de choses différentes? Il faut se concentrer sur l’essentiel pour ne pas s’égarer dans l’inutile.
On fait littéralement le tour du monde en quelques pages. De nombreux pays sous différents aspects : formalités, santé, budget, hébergements, à voir/à faire,…

C‘est donc un excellent guide de préparation de voyage, poser les balises nécessaires à l’organisation concrète de son voyage.
Cela permet également de se poser des questions (les bonnes) sur « Comment voyons-NOUS le voyage? » Qu’attendons-nous? Sommes-nous la fille d’Indiana Jones ou l’exploratrice urbaine? Peut-on être les deux? Qu’attendons-nous de notre prochain voyage?

Grâce aux nombreux témoignages du bouquin, nous pouvons plus facilement éclaircir ces questions, se retrouver (ou non) dans certains propos et prendre bonne note des vrais conseils voyage présent dans ce livre.

Pour conclure:

– Un bouquin girly et léger avec de vrais conseils voyage
– Un ouvrage qui s’adresse aux femmes mais qui ne brandit aucune pancarte Femen, rassurez-vous
Du concret à travers les différents témoignages
– Des balises presqu’indispensables à l’élaboration de son futur voyage
– Un éventail assez large de nombreux pays pour nous donner envie (encore) de voyager!
– Tour du Monde ou trip de quelques jours, semaines ou mois, vous y trouverez votre bonheur
S’adresse à toutes les voyageuses, quel que soit votre profil pour peu que vous ayez réellement envie de voir le monde
La clarté des infos. On pourrait ne pas me croire car je vous l’ai dit, le bouquin aborde de nombreux pays, de nombreux aspects du voyage, le tout dans la joie et la bonne humeur! Mais le must, c’est que ce n’est pas brouillon!
5 raisons de partir de telle manière, les coup de coeurs, 10 endroits à voir en Inde, comment communiquer à l’étranger, …
C’est personnalisé: L’une nous donne ses immanquables, l’autre ses bons plans ou ses coups de coeur. Un peu comme un blog, cette alternative 2.0 aux guides voyages.

Je regrette toutefois
– Très peu de passage sur les USA. Je peux comprendre ce choix étant donné qu’on en parle beaucoup et que se concentrer sur les autres pays était peut-être une réelle volonté de la part des auteurs.
Toutefois, on pouvait s’attendre à un peu plus de détails sur, par exemple, un road trip, être un visiteur responsable au pays de l’Oncle Sam, découvrir autre chose que New York, etc…
– Les passages concernant les « formules all in« . Pour moi, ce n’est clairement pas du « voyage » mais des vacances et ça n’a pas sa place dans un livre qui veut s’adresser aux « voyageuses« . J’ai ressenti une pointe d’ironie dans ces passages? Je ne sais pas…

ACH003657663.1435869134.580x580

Munissez-vous d’un bloc note et d’un feutre pour surligner les passages qui vous intéressent, cela peut vous être grandement utile pour la suite!

Un livre que je conseille à 100% à toutes les voyageuses ou voyageuses en devenir!

Il ajoute des plumes aux ailes que nous avons déjà dans la tête…

Qui l’a écrit?
Marie-Julie Gagnon , son blog: Taxibrousse
Ariane Arpin-Delorme, son site Esprit d’Aventure

Combien ça coute? 15,95€

Previous Older Entries